L’Afrique de l’Ouest planche sur le développement durable des villes et la gestion de l’eau

0

Comment proposer des villes durables ouvertes à toutes et tous, sûres, efficientes et résilientes ?, face à une urbanisation grandissante, a été au cœur d’une conférence-débat le samedi 26 octobre 2019, l’Institut français de Bamako. En prélude au Sommet Afrique-France qui se tiendra à Bordeaux du 4 au 6 juin 2020, l’Institut français du Mali a mis en place un mois de réflexion à propos du développement durable des villes africaines. Ce programme qui a débuté le 11 octobre dernier par l’inauguration de l’exposition : « Pousser en ville, laboratoire citoyen pour un développement durable de la commune 3 », s’est poursuivi avec une journée de conférences-débats et de présentation d’initiatives citoyennes à l’Institut. En effet, à l’horizon 2030, la population des villes africaines devraient tripler, pour atteindre 1,1 milliard d’habitants. Or les villes africaines ne sont pas dotées d’équipements et de moyens humains nécessaires à l’accueil de cette population. Dans le choix du développement durable, se muer en ville socialement inclusive, économiquement productive réside dans son environnement. Dans son intervention, l’Ambassadeur de France au Mali, SE Joël Meyer, dira qu’il s’agit de concevoir la ville du futur. D’où la nécessité de la synergie des acteurs politiques, économiques et issus de la société civile. « L’assainissement, la mobilité, l’aménagement urbain, la mobilisation des ressources financières avaient été identifiés comme des priorités et constituent aujourd’hui le cadre de la politique urbaine de la mairie du District de Bamako », a déclaré le diplomate français, rapporte maliactu.info.

Hydraulique rurale : l’AMS veut des Assises de l’eau au Sénégal

L’Association des maires du Sénégal (Ams), sous la conduite de son président, a effectué du 24 au 26 octobre dernier une tournée dans la région de Fatick en vue de s’enquérir des préoccupations de ses membres. A cet effet, Aliou Sall et son staff se sont engagés à organiser prochainement les Assises de l’eau pour faire face à la lancinante question de l’accès à l’eau potable rendu aujourd’hui très difficile dans une bonne partie de la région de Fatick par le phénomène de la salinisation de la nappe phréatique. La salinisation de la nappe phréatique est, depuis quelques années, en train de prendre des proportions inquiétantes dans la région de Fatick. Un phénomène qui a fini de priver l’accès à une eau potable à de nombreuses populations à l’image de celles des communes de Foundiougne, Mbam, Djilor, Soum, Diarrère, entres autres. Devenue une préoccupation majeure au niveau des Collectivités territoriales (Ct), cette question a été au cœur des échanges lors de la rencontre tenue samedi dernier dans la capitale du Sine entre les membres d’une délégation de l’Association des maires du Sénégal (Ams) et les maires du département de Fatick après ceux de Foundiougne et Gossas. A l’occasion de cette réunion, le maire de Diouroup, Abdoulaye Ndior, a suggéré la tenue des Assises de l’eau dans la région de Fatick, dans l’optique de trouver les voies et moyens pour résoudre définitivement le problème d’accès à l’eau potable. Une proposition qui a eu un écho favorable auprès du président de l’Ams, Aliou Sall, renseigne lequotidien.sn.

Mali : lancement d’un plan stratégique pour garantir l’accès à l’eau à tous

Bamako -Le Mali vient de lancer un plan stratégique qui ambitionne de garantir l’accès à l’eau à tous et d’assurer l’autonomisation des deux sociétés en charge de l’eau potable. D’ici 2035, la Somagep et la Somapep, les sociétés maliennes de gestion et de patrimoine de l’eau potable prévoient de mobiliser 2600 milliards FCFA. Le plan vise à assurer l’accès à l’eau potable à 100% des habitants des villes, en ajoutant 14 000 nouveaux kilomètres de réseau par la Somapep. Avec la création et l’exploitation de nouvelles usines de production équivalentes, c’est plus de 8 millions d’habitants supplémentaires, 3 fois plus qu’aujourd’hui, qui devraient être desservis. Selon la Somagep, ces investissements permettront de « garantir l’accès de tous à l’eau et à l’assainissement et assurer une gestion durable des ressources en eau ».

Moctar FICOU / VivAfrik                 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here