Le Congo-Brazzaville, pays hôte du forum sur l’emploi des jeunes dans l’agriculture

0

Le Congo-Brazzaville a abrité le forum sur l’emploi des jeunes dans l’agriculture organisé par la Banque africaine de développement (BAD) et l’Organisation internationale du travail (OIT). Via ce forum, les deux institutions visent à apporter plus de financements au profit des jeunes qui s’impliquent dans le secteur agricole.

La rencontre de Brazzaville qui est un forum sur les opportunités d’emploi des jeunes dans le secteur agricole entend éradiquer les difficultés mine l’agriculture africaine en général et congolaise en particulier. C’est ce qui fait dire au Dr Doré Ousmane, directeur général de la BAD, zone Afrique centrale que les jeunes doivent percevoir l’agriculture comme un vrai business.

« On n’a jamais formé les jeunes en techniques d’entrepreneuriat. Or, l’agriculture, c’est un secteur à haut risque. Le financement du secteur est un peu problématique. Ce qui est en train de changer aujourd’hui, c’est qu’il y a des mécanismes qu’on a mis en place, la Banque africaine de développement et autres partenaires financiers, pour essayer de régler cette problématique », explique-t-il.

Poursuivant son speech, il ajoute : « un jeune qui a été formé dans la technique d’entrepreneuriat, on n’a pas besoin d’être un agronome, il doit être déconnecté de l’approche traditionnelle, où on pense que l’agriculture, c’est pour faire la production qui, parfois, n’est pas transportée sur le marché, qui pourrit faute d’entrepôt ».

Le forum sur les opportunités d’emploi des jeunes dans le secteur agricole a permis l’identification des vrais projets agricoles, suivie de diverses annonces de financement.

Signalons que, depuis quelques années, la tendance des jeunes travaillant dans l’agriculture s’observe dans le pays. Alors que les palmiers sont plantés en zone forestière, deux jeunes, Arnaud et Michel Djombo développent d’importantes plantations à Igné, à 45 Km de Brazzaville, en pleine savane.

« Nous avons vu qu’il y avait un réel avantage à s’installer en savane pour faire du palmier, parce que les différents rendements n’étaient que de 30% dans la forêt. Nous disons que nous pouvons gagner un à deux tonnes par hectares dans les savanes. Ce sera autour de 12 tonnes l’hectare », a détaillé Michel Djombo.

De son côté, Patrick Mbemba qui s’est fait remarquer dans la commercialisation des produits agricoles, un métier qui ne tentait jusqu’ici peu de jeunes laisse entendre que « nous sommes dans la production agricole, nous sommes dans la protection agricole et la commercialisation des produits agricoles. Nous sommes aussi dans la vente des intrants et de matériel agricoles. J’emploie déjà 17 jeunes Congolais de façon directe, et de façon indirecte je suis déjà à 300 jeunes ».

Le gouvernement congolais soutient pour sa part, la thèse selon laquelle, il faut plus de moyens pour appuyer les jeunes. « Pour inciter les jeunes, il faut électrifier les zones rurales, passer de l’agriculture pluviale à celle d’irrigation, créer les conditions de logement en milieu rural. Tout part de l’apprentissage : les jeunes doivent être formés pour pouvoir exercer les métiers à tous les niveaux. Il faut simplement créer les conditions de base », a soutenu Henri Djombo, ministre d’Etat en charge de l’agriculture.

Moctar FICOU / VivAfrik

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here