L’UIR déploie son potentiel d’innovation pour la lutte contre le Covid-19

0

L’Université internationale de rabat (UIR) vient d’annoncer qu’elle travaille sur de nombreuses pistes innovantes pour lutter contre la pandémie. Plusieurs dispositifs ont été mis au point dans ce cadre. C’est ainsi qu’à l’instar d’autres institutions publiques et privées, l’Université affirme avoir développé plusieurs solutions. Il s’agit de la confection de masques visières de protection au profit du personnel soignant de plusieurs hôpitaux marocains. L’UIR a également affirmé travailler sur la conception, « en cours », de masques de haute sécurité (FFP2) et des masques d’assistance respiratoire et des respirateurs. De même, elle travaille sur l’équipement de drones par des haut-parleurs pour la sensibilisation de la population contre le Covid-19. L’UIR est également en train de travailler sur l’adaptation de caméras thermiques à des dispositifs permettant un relevé sécurisé et à distance de la température corporelle. « Ces développements ont été réalisés majoritairement grâce au soutien de l’Etat, particulièrement du ministère de tutelle », souligne-t-on auprès de l’Université. Par ailleurs, grâce au soutien fort de l’Etat marocain, des de ses actionnaires institutionnels à savoir la CDG, la Banque populaire, la MCMA et le RCAR, et ses partenaires académiques, l’UIR a mis en place des laboratoires de recherche internationaux et un Tech center (centre d’innovation) qui, affirme-t-on auprès de cet établissement universitaire, lui ont permis d’être un des leaders africains en termes de dépôt de brevets. Fort de cette expérience, l’UIR souligne avoir mis aujourd’hui son expertise au service de la société « pour apporter sa contribution à la lutte contre le Covid-19 en parfaite coordination avec les autorités », lit-on à lavieeco.com.

Maroc – coronavirus : l’innovation, cette arme redoutable contre le Covid-19

À l’heure du nouveau Coronavirus (Covid-19), le Maroc a besoin plus que jamais, d’idées créatives pour surmonter cette situation avec le moins de dégâts possible. Il s’agit de mettre en place les outils et inventions qui permettront, in fine, d’endiguer l’épidémie et sauvegarder des vies. Les Marocains ne manquent pas d’ingéniosité ni d’esprit créatif. L’histoire a montré qu’en période de crise,  les citoyens mettent leurs différends de côté pour servir leur patrie. La crise due au Covid-19 a révélé le meilleur de nous-même. Pas un jour ne passe sans l’annonce d’inventions médicales (Masques à oxygène, respirateurs artificiels…). Parmi les initiatives de recherche et de développement lancées au Maroc afin de contribuer à l’effort national de lutte contre le Covid-19, celle d’un groupe de jeunes ingénieurs. Regroupés sous forme d’un collectif baptisé «Ingénierie vs Covid-19», ce groupe a mis en place en des unités pour fabriquer du matériel et des équipements nécessaires dans la lutte contre le nouveau Coronavirus, tels que des boucliers faciaux et des systèmes de respiration, électroniques et mécaniques. «Ingénierie vs Covid19» a d’ailleurs récemment montré son efficacité dans la création de visières en plastique destinées au personnel soignant pour les protéger des postillons. Pour lutter contre la pandémie du nouveau Coronavirus (Covid-19), trois inventions ont été récemment proposées par des étudiants de l’École marocaine des sciences de l’ingénieur (EMSI). Le premier projet African Saviour vise à déployer les drones pour pouvoir aider au dépistage des maladies notamment le coronavirus. Le drone sera muni du matériel nécessaire pour assurer le prélèvement nasal qui, d’après un professeur marocain, est l’étape la plus dangereuse et où il y a le plus de risque de contamination, puisque le malade risque d’éternuer pendant ce processus, ce qui demande une protection maximale du corps médical durant ce processus.  Le deuxième projet baptisé Digital System Medical Respiratory (Système respiratoire digital et intelligent) est une innovation pertinente du digitale dans le secteur des systèmes respiratoires, basée sur les objets connectés afin de communiquer l’état du patient au service concerné en vue d’éviter tout genre de contact direct pour assurer le suivi, en particulier la visualisation des données comme le débit, la pression et la fréquence. Le troisième projet, la «MeP», est une application mobile sous forme d’une plateforme partageable qui permettra aux médecins de créer et valider des ordonnances afin qu’un patient puisse récupérer son médicament à la pharmacie et éviter les contaminations via les ordonnances sur papier, apprend-on de lereporter.ma.

Un respirateur artificiel 100% marocain

L’Université Mohammed VI Polytechnique (UM6P) de Benguérir a contribué au développement et à la conception d’un respirateur artificiel 100% marocain destiné aux malades atteints du nouveau Coronavirus (Covid-19), ainsi que d’un appareil de mesure de la température. Ces deux inventions sont le fruit des efforts de plusieurs compétences marocaines relevant de l’UM6P, du ministère de l’Industrie, du Groupement des Industries Marocaines Aéronautiques et Spatiales (GIMAS), de l’Institut national des postes et télécommunications (INPT), du Centre marocain pour la science, l’innovation et la recherche (MASCIR) et de l’Agence nationale de régulation des télécommunications (ANRT).  Ce respirateur artificiel fonctionne en continu avec une autonomie de 3.000 heures et peut être opérationnel en ville comme en milieu rural avec de l’électricité ou des batteries ordinaires. Devant le manque de respirateurs dans les hôpitaux, trois cadres de l’Office Chérifien des Phosphates (OCP) ont imaginé et conçu un raccord permettant de doubler la capacité des respirateurs artificiels. Ils ont également conçu une visière pour le personnel médical de l’hôpital provincial de Khouribga. Cette invention a été soumise au test des médecins de l’hôpital provincial de Khouribga qui ont approuvé la conception réalisée par le trio en faveur des malades du Covid-19. À l’heure actuelle, deux modèles du raccord ont été livrés à l’hôpital de Khouribga. Ils ont déjà été sollicités par plusieurs hôpitaux du Maroc, et celui de la région d’Alicante, dans le sud de l’Espagne. Comptabilisant sur ses connaissances dans le domaine électronique, le jeune homme originaire de la ville de Tanger est arrivé à inventer un appareil respiratoire artisanal. Il espère aujourd’hui perfectionner son invention et signer un partenariat avec une entreprise pour pouvoir le produire et le commercialiser auprès des hôpitaux, conclut lereporter.ma.

Moctar FICOU / VivAfrik                                 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here