Sénégal / Covid-19 : le ministre de l’environnement évoque l’entrée en vigueur de la loi sur le plastique le 20 avril 2020

0

La lutte contre le coronavirus a obligé le ministre de l’Environnement et du Développement Durable, Abdou Karim Sall à prendre, ce samedi 18 avril 2020 plusieurs mesures. « Je voudrais à l’entame de mon propos me féliciter de cette opportunité qui m’est offerte par mon frère et collègue de la Santé, pour communiquer sur les mesures prises par mon département pour contribuer à la riposte contre le Covid-19 et l’application de la loi sur le plastique dans ce contexte particulier qui exige des mesures exceptionnelles », a dit M. Sall.

Dès lors, il est clair que la loi sur le plastique va entrer en vigueur le 20 avril 2020. Ainsi, avec l’apparition des premiers cas de coronavirus, le ministre en charge de l’environnement et du développement durable Abdou Karim Sall, a laissé entendre que des mesures d’application de certaines dispositions de la loi étaient envisagées. Il s’agit notamment, a fait savoir le ministre, de l’interdiction de la production et de la vente d’eau en sachet. Il a été convenu, après étude et concertation, que les unités régulièrement autorisées par le ministère en charge du commerce seront recensées et accompagnées pour éviter que l’entrée en vigueur de la loi ne mette un terme à leurs activités.

Plus précisément, ces unités pourront, exceptionnellement, continuer leurs productions jusqu’à la fin de cette pandémie du Covid-19.

Cependant, durant cette période, selon le ministre de l’Environnement toujours, ses services travailleront en étroite collaboration avec tous les acteurs concernés pour trouver les voies et moyens de réduire l’incidence sur l’environnement des sachets d’eau sur toute l’étendue du territoire national.

« Il y va du succès du programme zéro déchet du président de la République, au regard de la proportion importante des déchets plastiques dans le volume total des déchets produits chaque jour dans nos villes et villages. Ainsi, la production et l’importation des produits plastiques à usage unique seront interdites, de même que l’importation des déchets plastiques », a-t-il précisé.

Le ministre de l’Environnement a également révélé sa stratégie de lutte contre le coronavirus. « J’ai très tôt pris des mesures préventives en instruisant mes services compétents de fermer les parcs et réserves qui, comme vous le savez, constituent des lieux d’écotourisme, où le contact entre les populations et la faune sauvage est permanente », a-t-il ajouté.

Dans le même registre, Abdou Karim Sall a également demandé un renforcement de la surveillance de la qualité de l’air et une diffusion quotidienne de l’indice de la qualité de l’air pour permettre aux populations de se prémunir contre les risques d’exposition à la pollution atmosphérique source d’infection respiratoire aigüe.

Rappelant la promulgation de la loi le  8 janvier 2020 la loi n° 2020-04 relative à la prévention et à la réduction de l’incidence sur l’environnement des produits plastiques, conformément aux dispositions transitoires de cette loi, celle-ci entrera en vigueur le 20 avril 2020, soit trois mois après sa publication au Journal officiel intervenue le 20 janvier 2020.

« En perspective de cette échéance, le ministère de l’Environnement et du Développement durable a initié un ambitieux plan d’actions visant à mettre en place et à rendre opérationnel le dispositif de mise en œuvre de la loi ».

C’est ainsi que des rencontres d’information, de formation et de sensibilisation des différentes catégories d’acteurs ont été organisées.  Au niveau des différentes régions, des plans d’actions sont élaborés avec les services régionaux en charge de l’environnement et devraient être exécutés sous la coordination des autorités administratives, a fait savoir M. Sall.

« Instruction a également été donnée aux Préfets et aux Sous-Préfets des régions visitées, d’organiser des Comités départementaux de Développement (CDD) et des Comités locaux de Développement (CLD) pour mieux vulgariser les nouvelles dispositions de la loi », ajoute-t-il.

Précisant que cette démarche inclusive a été suspendue pour respecter les mesures d’urgence sanitaires prises par les pouvoirs publics afin de lutter contre la propagation du Covid-19.

A ces mesures restrictives qui ont entraîné l’annulation des activités programmées, viennent s’ajouter les exigences du Programme de résilience économique et sociale décidé par le président de la République Macky Sall.

Moctar FICOU / VivAfrik

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here