Plus 8 000 agriculteurs d’Afrique subsaharienne formés à la bonne gestion des sols

0

L’Afrique subsaharienne compte revitaliser durablement ses terres dégradées où en voie de dégradation. C’est dans cette optique que plus de 8 000 agriculteurs issus des différents pays de cette région vont bénéficier, au cours des quatre prochaines années, une formation qui entre dans le cadre du programme baptisé « Des jardins forestiers » récemment lancé par Trees for the Future, une organisation qui aide les communautés du monde entier à planter des arbres grâce à la distribution de semences.

Trees for the Future qui a pour objectif principal, faut-il le rappeler, de revitaliser durablement les terres en Afrique subsaharienne s’est dotée d’un programme novateur à savoir « Des Jardins forestiers ». Grâce à cette initiative, les agriculteurs peuvent planter de milliers d’arbres. Ceux-ci serviront à protéger leur sol et à y ramener les nutriments. Ainsi, les agriculteurs des jardins forestiers bénéficieront d’une augmentation de leurs revenus et de leur sécurité alimentaire, un an à peine après l’implémentation du programme.

Dans le dessein d’atteindre cet objectif et d’acquérir toutes les techniques d’agroforesterie nécessaires, les agriculteurs seront formés durant 4 ans, par l’organisation Trees for the Future. Parmi les pays concernés figurent le Cameroun, le Sénégal, le Kenya, la Tanzanie et l’Ouganda, chacun d’entre eux regroupant 300 à 600 familles d’agriculteurs. Au total plus de 8 000 agriculteurs seront formés.

S’agissant du contenu de la formation, les experts de Trees for the Future vont former les bénéficiaires du programme « Des jardins forestiers » dans tous les domaines, de la gestion des terres. Ils seront aussi formés à l’économie de marché.

En termes clairs, les agriculteurs apprendront entre autres à créer des jardins forestiers sur leurs propres terres. Ainsi, ils pourront améliorer la santé de leurs sols et la biodiversité, cultiver des cultures diverses et riches en nutriments, augmenter leurs revenus et s’adapter au changement climatique afin de rompre définitivement le cycle de la faim et de la pauvreté dans leurs pays respectifs.

Pour Brandy Lellou, la directrice des programmes de Trees for the Future l’approche est d’apprendre à diversifier les cultures. « Comme la plupart des agriculteurs du monde entier, ces agriculteurs pratiquent l’agriculture à sens unique depuis des générations, en utilisant l’intensification de la monoculture. Mais avec l’approche des jardins forestiers, les agriculteurs apprennent à diversifier les cultures, à restaurer les sols et à maximiser le plein potentiel de leurs terres ».

« Les agriculteurs voient régulièrement leur nutrition et leurs revenus commencer à s’améliorer au cours des deux premières années et, à la fin de la quatrième année, un jardin forestier de 0,4 hectare abrite généralement environ 2 500 arbres », ajoute-t-elle.

Le matériel de plantation a déjà été livré aux agriculteurs. Ils devraient démarrer les pépinières d’ici peu. « Nos équipes de formation ont mis au point de nouvelles méthodes créatives pour former les agriculteurs de manière virtuelle. Une fois que les restrictions dues à la pandémie du Covid-19 seront levées, nous prévoyons de reprendre la formation en personne et de passer en revue tout ce que les agriculteurs ont pu manquer », rassure Brandy Lellou.

Moctar FICOU / VivAfrik

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here