Afrique : Chronique – Quand Internet pollue plus la planète en temps de pandémie

0

Par Boris Kharl Ebaka

Internet est probablement la plus grande création du siècle, et plus les années passent, plus son influence dans nos vies ne fait que grandir. Notre addiction à la toile a encore pris plus d’ampleur en cette période de pandémie où la planète a subi des mois de confinement.

Mais saviez-vous par exemple que chaque message texte ou courriel que vous envoyez, chaque photo que vous téléchargez ou chaque fois que vous effectuez un transfert numérique, cela coûte à l’environnement ? Saviez-vous que la diffusion d’un film en ligne ou la recherche d’une réponse à une question coûte à l’environnement ?

Pendant longtemps nous avons pensé qu’Internet, qui régit de nombreux aspects de notre vie, est un nuage sans carbone qui transfère des données par voie aérienne. Erreur ! Internet repose sur de vastes ressources physiques. Les câbles souterrains alimentent des centres de données massifs, et les vastes machines qui transmettent nos recherches dépendent souvent des combustibles fossiles.

On estime que le secteur mondial de l’information et des technologies consomme environ 7% de l’électricité mondiale. La diffusion vidéo en continu a représenté environ 60 % du trafic Internet mondial en 2015 et devrait atteindre 80 % cette année. Internet est une machine invisible. Nous ne voyons pas l’immense infrastructure qui alimente nos activités en ligne et, la plupart du temps, nous sommes très éloignés de ces processus. Cela signifie que nous n’associons pas mentalement leur utilisation aux impacts environnementaux. Internet crée quatre grands domaines de demande énergétique : les centres de données, les réseaux de communication, les appareils destinés aux utilisateurs finaux, tels que les téléphones portables et les ordinateurs, et la fabrication des équipements répondant à ces besoins.

Des études prévoient une multiplication par trois du trafic Internet mondial dans les années à venir. Cela signifie qu’il est temps de trouver d’autres moyens de gérer nos régimes numériques afin de réduire leur impact sur le réchauffement climatique.

En raison des préoccupations mondiales relatives au changement climatique, les entreprises recherchent de plus en plus des sources d’énergie propres, ce qui réduit les coûts des énergies renouvelables.

Les marques concurrentes font de la durabilité leur priorité. Les géants de l’Internet comme Apple, Facebook et Google, se sont engagés à s’approvisionner à 100 % en énergie renouvelable, en réduisant les déchets et en améliorant leur efficacité énergétique. Une grande partie de cette amélioration repose sur un traitement et une intelligence plus efficaces.

Il y a vingt ans, une personne cherchant une réponse à une question pouvait la partager avec dix personnes du village. De nos jours, les algorithmes et l’intelligence artificielle affinent les réponses du monde entier en quelques secondes, éliminant le bruit pour trouver les meilleurs. Cela a rendu la récupération de données plus efficace. Le partage de ces données pourrait avoir de grands avantages collectifs pour l’environnement. Par exemple, les images satellitaires peuvent nous aider à suivre la déforestation ou les fuites ou pertes d’eau, contribuant ainsi à une utilisation plus efficace de l’eau.

Certaines organisations vont plus loin. Le moteur de recherche Ecosia indique qu’il compense le carbone nécessaire pour mener à bien les recherches en plantant des arbres dans des communautés spécifiques. Cependant, même les programmes de compensation des émissions de carbone ne résistent pas à la surconsommation.

Pour cela, nous devons utiliser moins d’énergie. Et même si les tendances actuelles semblent aller dans la direction opposée, nous pouvons tous prendre des mesures pour limiter nos envies numériques. Faire une cure de désintoxication numérique est probablement aussi bon pour la planète que pour chaque être humain.                      

Boris Kharl Ebaka, Journaliste, consultant en communication & entrepreneur    

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here