Afrique : Roots of Impact veut renforcer l’impact des sociétés d’eau et d’assainissement

0

Les organisations Roots of Impact et Aqua for All viennent de lancer un appel à manifestation d’intérêt afin de sélectionner des entreprises exerçant dans le domaine de l’eau, l’assainissement et de l’hygiène (Wash) en Afrique. Elles pourront bénéficier du programme des incitations à l’impact social (SIINC) de Roots of Impact. Les sociétés intéressées ont jusqu’au 27 septembre 2020 pour candidater. Renforcer l’impact des entreprises évoluant dans le secteur de l’eau, l’assainissement et l’hygiène (Wash) en Afrique au sud du Sahara, et au proche orient. C’est le but de l’organisation Aqua for All qui s’est alliée à Roots of Impact pour mettre en œuvre une initiative visant à accompagner financièrement ces sociétés. Les deux organisations lancent à cet effet, un appel à manifestation d’intérêt dont la clôture est prévue pour le 27 septembre 2020. L’initiative concerne les entreprises exerçant sur le continent africain depuis au moins 3 ans et cherchant des investissements remboursables d’un minimum de 500 000 euros. « Bien qu’il n’y ait pas de contraintes spécifiques concernant la forme juridique, les entreprises doivent avoir un modèle commercial et générer des revenus de leurs activités (par exemple, paiement à l’acte, abonnement, recettes/subventions gouvernementales…) », précise Roots of Impact. Dans le cadre de l’appel à manifestation d’intérêt, les deux organisateurs indique qu’ils favoriseront les entreprises qui intègrent la dimension genre et qui ciblent les groupes vulnérables et à faible revenu. « Les entreprises qui n’ont pas d’impact spécifique sont également éligibles si elles se montrent désireuses et capables de produire des résultats sociaux positifs », ajoute Roots of Impact. Les sociétés retenues bénéficieront du programme des incitations à l’impact social (SIINC). Cet instrument de Roots of Impact permet d’obtenir un financement axé sur les résultats qui récompense les entreprises à fort impact en leur versant des primes pour obtenir un impact social supplémentaire. Selon l’organisation, les recettes supplémentaires provenant des paiements non remboursables basés sur les résultats leur permettent d’améliorer leur rentabilité et d’attirer des investissements plus importants. Roots of Impact qui est à son premier programme SIINC dans le domaine de l’eau, l’assainissement et l’hygiène (Wash) espère ainsi favoriser le développement d’un secteur qui rester à la traîne dans les pays d’Afrique au sud du Sahara, relate afrik21.africa.       

Avec l’Hippo Roller, la révolution de la corvée de l’eau est en marche

Porter 60 litres d’eau sur sa tête ou à bout de bras, chaque jour, en trois allers-retours: voilà le quotidien de trois êtres humains sur dix. Pour alléger ce fardeau, Pettie Petzer et Johan Jonker, deux ingénieurs sud-africains, ont inventé l’Hippo Roller, un énorme tambour en plastique qui permet de ramener toute l’eau en un seul voyage, en la roulant. L’engin est d’une simplicité élémentaire : un bidon en plastique, posé sur le flanc pour le faire rouler, maintenu par deux bras en acier qui se rejoignent pour former une poignée. Baptisé « Hippo Roller », ce grand tambour bleu est capable d’ingurgiter 90 litres d’eau. À Taweni, un petit village du sud-est de l’Afrique du Sud, il a révolutionné le quotidien de Khaya Mposula. Avant, femme de 51 ans devait parcourir chaque jour six kilomètres à pied en trois allers-retours pour aller puiser de l’eau, dans le ruisseau insalubre bordant son village, a pour sa part expliqué heidi.news.           

Développement durable : vers la mise à disposition de meilleures statistiques environnementales au Togo

Le plan stratégique de développement des statistiques de l’environnement du Togo (PASIET), a été officiellement lancé jeudi 20 août 2020 à Lomé. Mis en place il y a plus d’un an, le PASIET vise à terme le développement des capacités du pays en statistiques de l’environnement. Il devrait également permettre d’avoir une vue globale du secteur pour orienter aussi les actions des décideurs et autorités publiques ainsi que celle des partenaires dans une perspective de préservation de l’environnement. « Le PASIET est un document national qui décline les actions concrètes à réaliser pour asseoir le système statistique national », souligne Feyssal Moumouni, coordonnateur du projet. « Ce sera la première fois que nous aurons un cadre organisationnel pour asseoir le développement des statistiques nationales de l’environnement. » L’outil permettra notamment d’avoir de meilleures informations sur les questions de soutenabilité et de durabilité environnementale, dans le cadre des différents projets.  Une avancée prometteuse, dans un contexte où, « avant, les statistiques de l’environnement étaient le maillon faible du système statistique national ». Pour rappel, ce projet, évalué à près de 430 mille $, bénéficie du soutien financier du Fonds de la coopération économique Corée-Afrique (KOAFEC), géré par la Banque africaine de développement, indique de son côté togofirst.com.      

Moctar FICOU / VivAfrik                         

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here