Vers la construction d’une nouvelle centrale électrique au Sénégal

0

Le Sénégal poursuit sa politique de production énergétique. Le pays d’Afrique de l’ouest va abriter, au plus tard le 31 janvier 2023, l’une des « plus grandes » centrales électriques de la sous-région d’une puissance de 300 mégawatts (MW), pour un coût global de 220 milliards de FCFA. Les investissements ont été entièrement assurés par des privés nationaux. La signature du contrat entre les différents partenaires techniques et financiers a eu lieu, samedi 2 octobre 2020, en présence du ministre de l’Économie, du Plan et de la Coopération. Ce projet, porté par des investisseurs nationaux à travers West african energy (WAE), réunit un éventail de partenaires techniques reconnus dans leur domaine d’expertise. Il s’agit de Senelec, de General Electric (USA) et de Calik Enerji (Turquie).

Dans 28 mois, le Sénégal va abriter l’une des plus grosses centrales électriques dans la sous-Région, d’une puissance de 300 MW, financée par des privés sénégalais. 220 milliards de francs CFA ont été mobilisés pour la réalisation de ce projet. La cérémonie de signature du contrat de construction de cette centrale entre Senelec, West Africa Energy et leurs partenaires techniques CALIK ENERJI et General Electric s’est passée dans les règles de l’art. Cette centrale va contribuer à la réduction des coûts de production de Senelec de 40%. « Cette centrale sera la première centrale entièrement développée par des privés nationaux conformément aux orientations du Président de la République de promouvoir le contenu local. La réalisation de cette centrale d’envergure participe également à la transition vers un mix énergétique consacrant une part prépondérante à l’utilisation du gaz comme combustible de base.

Moustapha Ndiaye, président du Conseil d’administration de WAE confirme que la nouvelle infrastructure va réduire les coûts de production de Senelec de 40%. A ce propos, il déclare : cette centrale électrique, qui sera livrée dans 28 mois, contribuera à la réduction des coûts de production de Senelec de 40 % dans le cadre de la politique « Gaz to power » définie par le Chef de l’État. La finalité de cette initiative est de baisser le coût de l’électricité à l’horizon 2022. En outre, WAE va créer 50 emplois directs dès le lancement des travaux de cette centrale avec une extension de son portefeuille de recrutement durant la première année. M. Ndiaye révèle également que sa structure et la Senelec ont pu, dans un temps record, négocier un Contrat d’achat d’énergie (PPA) dans le « respect strict » des protocoles de transparence et de bonne gouvernance.

En termes d’utilisation du gaz domestique avec un coût de cession optimisé, ce projet devra permettre de réduire le coût de production du kilowatt/heure », a indiqué le directeur général de Senelec Papa Mademba Bitéye. Pour sa part, le directeur général de West african energy Samuel Sarr a fait savoir que cette centrale, dont les travaux vont démarrer dans une semaine, permettra la satisfaction à la demande nationale de l’électricité et surtout la réduction conséquente du coût de l’électricité. « La décision d’investir 220 milliards de francs CFA dans cette initiative, mise en place par le secteur privé pour permettre au Sénégal de se fournir suffisamment en électricité est un challenge que vous répondez inestimable pour les ménages sénégalais et un coup d’accélérateur décisif pour les producteurs. Ce challenge nous motive à plus d’un titre en tant qu’investisseurs et fils de ce pays.

En voulant l’accès à l’électricité à moindre coût, on apporte la lumière dans le quotidien des Sénégalais », soutient-il. Avec la réalisation de cette infrastructure, West african Energy va créer 50 emplois directs dès son lancement avec une extension de son portefeuille de recrutement durant la première année. WAE va également assurer la prise en charge de 35 employés de Senelec à travers différentes centrales existantes dans le monde pour une période de 7 mois.

Des négociations « très poussées » ont été menées avec des centres de formation basés à Dubaï et dans le centre de General Electric (Ge) situé à Belfort, pour trois mois, a ajouté le PCA de WAE, Moustapha Ndiaye. Avec ce projet, WAE compte créer pour Senelec, en collaboration avec Ge et Calick Enerji, un nouveau centre d’incubation et de formation d’excellence à Diamniadio, afin que les jeunes de l’Institut universitaire de technologie et de Polytechnique puissent approfondir leurs connaissances. À cet effet, le PCA de WAE rassure que les études sont déjà bouclées et validées.

Moctar FICOU / VivAfrik                                                              

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here