Le gouvernement du Congo-Kinshasa mise sur le gaz pour endiguer la déforestation

0

La lutte contre la déforestation s’intensifie dans le monde entier. Pour sa part, le gouvernement de la République démocratique du Congo (RDC) envisage changer les habitudes et distribuer du gaz à moindre coût afin de sauver la forêt congolaise. La première phase a commencé en mars 2020 à Kinshasa et dans la province du Kongo central. Le ministre congolais de l’Environnement, Claude Nyamugabo, a lancé, le week-end dernier, la deuxième phase du projet qui s’étend désormais dans trois autres provinces.              

Cette deuxième phase du projet pour objectif, selon le gouvernement congolais, à ce que le charbon de bois ne soit plus utilisé. Lors de la première phase lancée en mars 2020, des dizaines de milliers de kits de gaz ont été vendus à moindre coût aux populations de la capitale, Kinshasa, se satisfait le ministre de l’Environnement et du Développement durable, Claude Nyamugabo.

S’exprimant sur ce sujet, M. Nyamugabo détaille : « plus de 50 000 kits de gaz ont été distribués au sein de la population, permettant ainsi d’épargner annuellement 250 hectares de forêts par le fait d’une recharge continuelle des bonbonnes vendues, et couvrant environ 2,5 % des ménages concernés. Il a été prouvé que toutes les mamans qui ont essayé d’utiliser le gaz domestique ont compris qu’il était plus bénéfique, plus économique. Mais pour nous, en tant que ministère de l’Environnement, ce projet consiste à sauver nos forêts à Kinshasa et dans les provinces concernées ».

Le gouvernement participe à hauteur de deux millions de dollars américains à la distribution avec une société dans laquelle il détient 50 % des parts : SOGAZ, filiale de la Société congolaise des industries et de raffinerie (SOCIR), qui produit du gaz à usage domestique. Les provinces de Kwilu, Kwango et Mai-Ndombe seront les prochaines à bénéficier de ce programme. Mais le territoire compte 26 provinces et seule cinq sont couvertes.

Ce projet « poursuit l’ambition d’une couverture totale du pays dans les tout prochains mois, en atteignant divers autres coins de la République », a assuré Claude Nyamugabo. Ce qui n’exclut pas, selon lui, « la possibilité pour le gouvernement d’associer, dans l’avenir, d’autres sociétés privées de gaz butane à la mise en œuvre de ce projet dans des contrées où notre partenaire ne serait pas opérationnelle ».

La cuisson au gaz, une réelle alternative au charbon de bois ? Les ONG déplorent de n’avoir jamais eu accès aux conclusions des études d’impact environnemental sur l’usage du gaz par les ménages. Ces dernières semaines, des organisations comme Greenpeace se sont étonnées des annonces faites contre la déforestation par le gouvernement, qu’elles pointent du doigt dans l’attribution illégale de concessions forestières.

Moctar FICOU / VivAfrik

Laisser un commentaire