Le Sénégal procède officiellement à la pose de la première pierre d’une centrale électrique de 300 MW

0

Le premier jalon pour la construction d’une centrale électrique à gaz de 300 MW au Cap des Biches à Rufisque a été lancé avec la pose de la première pierre. La centrale de West African energy, une société constituée par des actionnaires sénégalais, devrait être fonctionnelle en 2023.

Mieux, le gouvernement sénégalais a entamé mercredi 31 mars 2021 la construction d’une nouvelle centrale électrique de 300 MW dans le département de Rufisque, d’un coût global de 220 milliards de Francs CFA (394 millions de dollars dollars américains).

La ministre sénégalaise du Pétrole et des Energies, Sophie Gladima, a procédé à la pose de la première pierre de cette infrastructure, entièrement financée par des privés nationaux sénégalais regroupés dans un consortium dénommé West African Energy (WAE), une société 100% sénégalais et dirigé par l’ancien ministre sénégalais Samuel Amet Sarr.

Outre l’ancien ministre de l’Énergie, Samuel Sarr, il y a le négociant Moustapha Ndiaye, à la tête du Comptoir commercial Mandiaye Ndiaye (CCMN), le patron de la Sénégalaise industrie et commerce (Senico), Abdoulaye Dia, l’investisseur ouest-africain, Harouna Dia et Khadim Bâ, patron de Locafrique, comme actionnaires.

West African Energy a signé un contrat avec la société turque Çalik Enerji et le groupe américain General Electric (GE) pour la construction de la centrale.

Si l’on se fie à Mme Gladima, la future centrale électrique, « la plus grande jamais construite en Afrique de l’Ouest, est le reflet et le parcours d’une vision éclairée du président de la République, Macky Sall ».

« Cette centrale sera la première de cette taille construite au Sénégal, mais également en Afrique de l’Ouest. Elle est ensuite entièrement financée par des fils de ce pays, et surtout dans les délais de développement très court », a-t-elle dit.

« Nous sommes donc en train de réaliser un grand saut qualitatif, pour notre pays, en relation avec le secteur privé national dans son rôle de moteur de croissance », a ajouté la ministre.

Pour elle, ce projet permettra de conforter les capacités de production, tout en réduisant les consommations de combustibles grâce aux performances attendues du fonctionnement des unités de production au gaz.

Ce projet s’inscrit dans la dynamique de la disponibilité permanente au Sénégal, de l’énergie à moindre cout à travers la construction de nouvelles centrales en mode « frast track » pour redynamiser l’émergence à très court terme.

Plusieurs personnalités ont pris part à la cérémonie de pose de première pierre.

Moctar FICOU / VivAfrik

Laisser un commentaire