Restauration des ressources halieutiques et des habitats : Le Sénégal coule un navire au large de Dakar

0

Le ministre Sénégalais des Pêches et de l’Economie maritime, Alioune Ndoye, a procédé vendredi 13 août 2021, en présence de la coalition des acteurs de ce secteur, à l’immersion d’un navire comme récif artificiel aux larges de Dakar, annoncent ses services dans un communiqué.

Mieux, il doit devenir un futur récif artificiel, destiné à la restauration durable des ressources halieutiques et des habitats. La cérémonie d’immersion a eu lieu au mole 10 du Port autonome de Dakar.

Tiré par un remorqueur, l’ancien bateau de pêche arrive au large de Dakar. Une demi-heure après l’ouverture des vannes, le navire rouillé est englouti sous l’eau pour une deuxième vie : celle de récif artificiel.

D’après El Hadj Niang, vice-président de la Coalition des acteurs de la pêche au Sénégal (CAPS), avant cette immersion, quatre mois ont été nécessaires pour le dépolluer la mer. « Par dépollution, on entend enlever tous les matériaux non dégradables, le plastique, les fils en nylon, les liquides polluants comme le gazoil, les huiles, l’azote… », a-t-il détaillé.

Ce bateau a été donné à l’État sénégalais justement par le Caps pour participer à la régénération des ressources halieutiques, indique son président Aliou Thiam. « Les produits halieutiques deviennent de plus en plus rares et pourtant, tout le monde sait que la pêche reste parmi les piliers de notre économie nationale. »

« On parle de lutter contre toutes les pratiques qui font que le Sénégal vit comme les pays de la sous-région, régulièrement avec des problèmes de rente et de la ressource. Il faut réorganiser les pratiques et donc dans cela, il y a tout faire pour réhabiliter tous ces récifs qui permettent à la ressource de se reproduire », a laissé entendre Alioune Ndoye, ministre des Pêches qui a présidé la cérémonie d’immersion du navire.

Rappelons que les eaux sénégalaises se vident petit à petit sous la pression de la pêche industrielle, notamment européenne et asiatique. Selon Greenpeace, 500 000 de tonnes de poissons sont pêchées en Afrique de l’Ouest pour être transformées en nourriture destinée à l’aquaculture.

Moctar FICOU / VivAfrik

Laisser un commentaire