Soupçon d’une vaste campagne de pêche illégale dans les eaux malgaches

1

Entre 2019 et 2021, 84 navires de pêches chinois sont suspectés d’avoir œuvré illégalement dans les eaux territoriales malgaches, plus précisément dans les zones économiques exclusives. De surcroît, des bruits de couloir affirment que les autorités responsables auraient été au courant et validé la présence de ces vaisseaux. Les chiffres remontent même à plus loin, puisque Global Fishing Watch a confirmé qu’entre 2016 et 2017, 14 navires ont opéré dans les eaux malgaches pour la pêche au thon du mois d’octobre à janvier. Dont quelques-uns qui ont amarré à un port malgache. Parmi ces 14 bateaux se trouvent un battant pavillon chinois : le Lu Rong Yuan Yu 268. La société propriétaire de ces vaisseaux est très proche de l’État chinois, qui en détient 40% des parts. Un autre bateau, le Lu Rong Yuan Yu 956 qui aurait travaillé légalement dans les eaux malgaches, mais qui serait par contre interdit dans les eaux au Ghana. Ce pays africain l’a chassé après un flagrant délit de pêche illégal. Il faut savoir que la plupart des produits pêchés par ces navires sont exportés vers l’Union européenne.

A en croire les études de l’ONG Ocean Mind basée en Angleterre, les eaux malgaches sont devenues un territoire de « prédateurs » depuis 2019, voire plus tôt. Plusieurs pays sont cités, dont l’Espagne, la Corée du Sud, Taiwan, la Chine, nouvel ogre de la pêche industrielle, le Japon, l’île Maurice… Et des accords, il y en aurait. Puisque en 2019, le ministère de la Pêche en aurait signé avec une société dénommée Côte d’Or, basée dans la Grande Île, détenue par des Chinois. Toutefois, les responsables malgaches se seraient gardés de rendre public les termes de ce document permettant à 28 navires à grand tonnage de pêcher dans les eaux nationales. Il ne faut tout de même pas mettre tout le monde dans le même panier. Des pays arrivent maintenant à régulariser leur secteur de pêche en travaillant avec des entreprises chinoises. Les gouvernements de ces pays publient au vu et au su de tous leurs citoyens les accords de pêche signés entre les autorités gouvernementales et les sociétés de pêches industrielles.

(midi-madagasikara.mg)

1 COMMENTAIRE

Laisser un commentaire