La BAD satisfaite de la contribution des lauréats du concours AgriPitch dans la transformation du système alimentaire africain

0

La Banque africaine de développement (BAD) a profité de la célébration de la Journée internationale de la jeunesse le 12 août 2021 pour saluer le nombre de plus en plus croissant de jeunes entrepreneurs africains qui, à travers leurs idées innovantes, proposent des produits alimentaires de qualité, plus abordables, directement de la ferme à l’assiette.

« La jeunesse africaine joue un rôle clé dans l’élargissement de la production agricole du continent et la transformation des systèmes alimentaires africains. À l’occasion de la Journée internationale de la jeunesse, nous célébrons la prochaine génération d’« agripreneurs » africains, dont les innovations dans l’agro-industrie peuvent contribuer à nourrir l’Afrique », a déclaré, dans un communiqué transmis à la presse, Dre Beth Dunford, vice-présidente de la Banque africaine de développement chargée de l’Agriculture, du Développement humain et social.

Ikenna Nzewi est PDG de Releaf, une entreprise nigériane d’approvisionnement en denrées alimentaires regroupant de petits exploitants, axée sur l’industrialisation de la transformation des aliments en Afrique. Cet américain d’origine nigériane figure parmi les jeunes agripreneurs qui enregistrent un succès dans le secteur.

Lors de la Journée internationale de la jeunesse célébrée le 12 aout 2021, sur le thème, « Transformer les systèmes alimentaires : les innovations des jeunes pour la santé humaine et celle de notre planète », mettant en lumière le rôle des jeunes dans la réussite d’un tel effort mondial, Ikenna Nzewi, lauréat du concours AgriPitch de la Banque africaine de développement est revenu sur les innovations de son entreprise.

L’approche innovante de Releaf pour améliorer les systèmes alimentaires, vise l’industrialisation de l’Afrique en mettant en place des usines de petite taille, plus proches des agriculteurs. Releaf finance également les agriculteurs et leur enseigne des pratiques agricoles qui leur permettent d’augmenter la productivité de leur exploitation, a souligné le jeune entrepreneur.

« Lorsque les coûts logistiques sont trop élevés, vous êtes contraints de payer les produits des agriculteurs au prix bas. Mais lorsque vous êtes plus près, vous pouvez vous permettre de leur payer davantage », a affirmé Ikenna Nzewi.

Lors du concours AgriPitch de la Banque africaine de développement, le plan agro-industriel de Releaf a séduit un panel de juges et d’investisseurs.

Le document renseigne que Releaf a remporté le prix d’AgriPitch en 2020, catégorie « Start-up », en devançant plus de 600 autres propositions d’entreprises de trente pays africains. Il a obtenu comme récompense un chèque de 20 000 dollars américains offerts par la Banque africaine de développement.

Doté de 120 000 dollars, le concours AgriPitch a permis aux lauréats de disposer de ressources pour financer le démarrage de leurs activités et obtenir une place dans le camp d’entraînement ou « BootCamp », consacré au développement des activités. Les finalistes ont également bénéficié d’un encadrement et d’une formation, détaille le communiqué.

« Ce prix a été très utile pour opérationnaliser notre travail (et) nous avons démarré nos activités en janvier. La publicité nous a beaucoup aidés. Nous nous sommes fait connaître auprès du grand public … Faire savoir que nous sommes des industriels de l’ère technologique a été vraiment enthousiasmant », affirme Ikenna Nzewi.

Selon le texte,  le concours Agripitch – ouvert aux jeunes de 18 à 35 ans de nationalité ou citoyenneté africaine – fait parler de lui depuis son lancement en 2017. En 2020, le concours a été organisé par visioconférence attirant plus de 2 500 candidats, contre environ 600 en 2019, et a décerné 74 000 dollars en primes de récompense.

AgriPitch fait partie du Forum des jeunes agripreneurs africains, un événement annuel organisé par le programme « Enable Youth » de la Banque africaine de développement qui met en compétition les meilleurs agripreneurs du continent. Le Forum inculque une culture d’innovation et encourage les nouvelles idées agro-industrielles axées sur la technologie, afin de stimuler la création d’emplois et améliorer les moyens de subsistance des jeunes, a encore éclairé le texte.

Pour sa part, Edson Mpyisi, coordinateur d’« Enable Youth » à la Banque africaine de développement a affirmé que « l’intérêt des jeunes pour ce concours augmente avec le montant des récompenses. Les jeunes sont davantage disposés à essayer de nouvelles technologies et innovations. Ils orientent [la transformation des systèmes alimentaires] vers une production et une productivité plus élevées. »

Le communiqué rappelle que l’Afrique compte la plus grande proportion de jeunes dans le monde. Selon les Nations unies, 75 % de la population africaine à moins de 35 ans et environ 65 %  vivent dans des zones rurales où ils sont employés principalement dans le secteur agricole.

Le programme « Enable Youth » vise à autonomiser les jeunes en tant qu’agripreneurs dans les différents maillons de la chaîne de valeur agro-industrielle en exploitant de nouvelles compétences, technologies et approches de financement afin que les jeunes puissent bâtir des entreprises agroalimentaires viables et rentables. « Enable Youth »  vise la création de 300 000 entreprises dirigées par des jeunes d’ici à 2025.

« Nous devons considérer l’alimentation et l’agriculture comme un système et ne pas les percevoir comme des problèmes éloignés de pauvreté ou d’insécurité alimentaire, affirme Edson Mpyisi. La nutrition, l’eau, la bonne santé, le commerce, l’alimentation, la préservation de l’environnement et la lutte contre le changement climatique sont autant de droits humains qui sont interconnectés. Le succès des jeunes agripreneurs en Afrique peut être une solution à ces grandes problématiques sociales et économiques », a conclu le communiqué.                                                            

Moctar FICOU / VivAfrik

Laisser un commentaire