Les habitants de Kasese (Ouganda) sous le diktat des inondations

0

Le district de Kasese, dans l’ouest de l’Ouganda, a été touché par de graves inondations, les pires dans la région depuis 50 ans. Au pied des montagnes du Rwenzori, à la frontière avec la République Démocratique du Congo (RDC), il fait face à de nombreuses inondations, conséquence directe du dérèglement climatique. Depuis un mois, les débordements de la rivière Nyamwamba affectent presque chaque semaine les communautés qui vivent près des berges. Dans le village de Kanyangeya, la vie quotidienne des habitants est désormais rythmée par les intempéries.

Après plusieurs jours de pluies torrentielles, de fortes inondations dictent leur loi aux populations, forçant des milliers de personnes à quitter leur foyer. Au bord du chemin principal du village, Jocelyn est bloquée sur son moto-taxi par les torrents d’eau qui se déversent sur la route. « Je ne peux pas passer. L’inondation est trop forte, il suffit de regarder le courant, l’eau est encore en train de monter », constate-t-elle.

En quelques minutes, l’eau de la rivière Nyamwamba envahit les chemins et maisons du village de Kanyangeya. Pour les habitants, réunis à l’abri des intempéries, c’est la quatrième inondation en un mois. Cette situation est plus qu’intenable pour Bambali. « Je n’ai plus rien, confie-t-il. S’il y a des inondations, je perds toutes mes récoltes. Tout ce que je peux faire, c’est demander à mes proches de l’aide et un peu de nourriture pour survivre », se désole-t-il.

Bottes en caoutchouc, les pieds dans l’eau, Alfred récupère quelques plants de maïs qu’il a réussi à sauver des inondations. Avec la saison des pluies qui arrive, le fermier s’inquiète des prochaines semaines : « C’est effrayant, ça fait des mois, des années, que ça n’arrête pas. Ma maison est en danger, l’eau continue de monter, ça me fait très peur. Maintenant, mon seul espoir, c’est de pouvoir être envoyé dans l’un des camps de déplacés », dit-il.

La première grande inondation a frappé la région en 2013. Depuis, chaque année, les débordements de la rivière Nyamwamba sont de plus en plus violents. Pour Alfred, « on ne pouvait pas imaginer l’ampleur que prendraient les inondations. Il y a 30 ans, il y en avait bien quelques-unes, mais beaucoup plus faibles et moins fréquentes. Maintenant, c’est devenu insupportable, on va devoir partir, on ne peut plus vivre ici. »

Pour Evelyn Mugume, chargée environnement du district de Kasese, le dérèglement climatique dans la région explique en grande partie l’intensité des inondations. « Ici, le changement climatique se manifeste par des précipitations très importantes et par la fonte des glaciers des montagnes du Rwenzori. Et bien sûr, cet excès d’eau trouve son chemin à travers les rivières. Donc l’eau descend vers la vallée et s’attaque aux villages », explique-t-elle.

Selon elle, les inondations provoquent également de nombreux glissements de terrain dans les montagnes du Rwenzori depuis quelques années.

Moctar FICOU / VivAfrik

Laisser un commentaire