Climat : Greta Thunberg & Cie font monter la pression à moins d’un mois de la COP26

0

Des centaines de jeunes défilaient vendredi 1er octobre 2021 dans le centre de Milan, derrière la militante suédoise Greta Thunberg, réclamant des actions rapides pour le climat à un mois de la cruciale 26ème conférence de l’Organisation des Nations unies (ONU) sur le climat (COP26) de Glasgow.

En effet, à moins d’un mois de la COP26, la pression monte, entretenue notamment par les jeunes, mobilisés ces derniers jours en Italie. « Il reste encore beaucoup de travail », reconnaît le président de la COP26, Alok Sharma.

De leur côté, les jeunes affirment qu’« il fait moins chaud en enfer », qu’« il n’y a pas de planète B »… Cette jeunesse, armée de pancartes, est de retour dans la rue. Au terme de trois jours de réunion de 400 jeunes à Milan, en Italie, pour préparer la COP 26 de Glasgow qui aura lieu du 1er au 12 novembre 2021, une grande manifestation était organisée vendredi 1er octobre 2021 dans la capitale lombarde. Plusieurs milliers de personnes ont défilé derrière l’initiatrice des grèves pour le climat, la Suédoise Greta Thunberg. Celle qui avait fait descendre des millions de personnes dans les rues du monde entier en 2019 était aussi présente vendredi dernier à Berlin lors d’une marche. Signe qu’après deux ans de pandémie, le mouvement reprend du poil de la bête.

Ils ont organisé des manifestations ces derniers jours dans les rues de Milan en Italie, où se tenait une conférence préparatoire en vue de la COP26.

« Il reste encore beaucoup de travail, a indiqué, samedi 2 octobre 2021 le président de la COP26. « Il ne fait aucun doute que ces jeunes qui manifestent dans le monde entier, vont demander des comptes à l’ensemble des dirigeants mondiaux si à la COP26, nous ne sommes pas en mesure de dire de manière crédible que nous avons gardé l’objectif de limitation de la température à +1,5 degré », a-t-il poursuivi.

Selon lui, l’accord de Paris en 2015 visait à limiter le réchauffement si possible à + 1,5 °C. Mais ces dernières années, un certain nombre de pays signataires de l’accord se sont montrés réticents à reconnaître cet objectif de 1,5 °C.

Suffisant pour le secrétaire général de l’ONU, António Guterres, d’appeler les pays à prendre des engagements fermes lors de cette prochaine COP26 qui sera, selon lui, la conférence climat la plus importante depuis celle de Paris il y a 6 ans.

Moctar FICOU / VivAfrik

Laisser un commentaire