Sénégal : 70 personnes formées sur la technique de recyclage et de fabrication de sac en papier biodégradable à Diourbel

0

La lutte contre les sachets plastiques n’est pas seulement une affaire exclusivement réservée aux autorités Sénégalaises. La preuve, la directrice générale de l’entreprise « Dia Yémou Sac » s’immisce sur le terrain et forme 70 personnes (69 femmes et un jeune garçon) sur la technique de recyclage et de fabrication de sac en papier biodégradable.

L’objectif visé par Mama Khady Dione est de prouver, qu’aujourd’hui, « l’entreprenariat est le plus important facteur de développement pour le Sénégal ». Se prononçant sur son champ d’intervention, l’initiatrice de la société « Dia Yémou Sac » renseigne qu’elle « œuvre en faveur de la création d’emplois, s’active dans la lutte contre l’utilisation des sachets plastiques à usage unique, à la réduction du chômage des jeunes mais aussi participe à la limitation des impacts nocifs du plastique sur la planète ».

A l’en croire, son combat s’inscrit dans le cadre de la lutte contre la pollution de la nature, l’appauvrissement du sous-sol tout en promouvant des initiatives visant à empêcher le développement des plantes, à garder notre environnement propre et à garantir la sécurité de la santé de l’homme et des animaux sur terre.

A travers sa compagnie, Mama Khady Dione met place de nouvelles solutions de conditionnement plus vertes, plus propres, plus respectueuses de l’environnement. « L’entreprise « Diar Yémou Sac » est née de notre volonté de fabriquer des sacs en papier recyclés comme des sacs de ciment, des rouleaux de papier (…) avec, en ligne de mire, l’éradication des sachets plastiques ».

Elle se dit fière d’être entrepreneure avec entre autre objectif la création d’emplois surtout dans une société sénégalaise qui compte plus de chômeurs. « Je m’engage volontairement et généreusement à créer 10 000 emplois dans 2 ans dans la région de Diourbel pour les femmes ainsi que la jeunesse. La fabrication des sacs en papier est l’une des activités que j’ai réalisées pour s’assurer que c’est bien possible d’atteindre cet objectif. Nous profitons de cette occasion pour attester que les participants de cette activité qui sont aujourd’hui au nombre de 70 après deux mois de formation professionnelle sur la technique de fabrication de sac en papier ne seront pas laissés en rade », a-t-elle assuré.

Venu assister à la cérémonie de remise d’attestations de fin de formation aux récipiendaires, Demba Diouf, directeur régional du développement communautaire a affiché sa détermination pour l’accompagnement de cette initiative. « Nous remercions tout le monde d’être venu à cette cérémonie. Le lancement de l’entreprise « Diar yémou Sac » qui est une initiative née de la volonté des femmes et des filles de grand Diourbel de la commune de Diourbel est une première dans la région. C’est une initiative personnelle de ces braves dames visant à ouvrir une entreprise qui se charge de la confection des sachets en papier et de remplacer les sachets plastiques. Elle mérite les encouragements dans la mesure où elle entre en droit ligne avec les objectifs de l’Etat du Sénégal qui est d’éliminer les sachets en plastiques. Je crois que l’objectif visé d’atteindre 10 000 emplois dans la région de Diourbel est un objectif réaliste et réalisable et je crois que nous autres acteurs de l’Etat nous allons apporter notre soutien pour aider ces femmes à atteindre leur objectif qui peut éliminer les sachets plastiques dans la région », a confié M. Diouf.

Pour sa part, Awa Diouf, porte-parole des récipiendaires estime que c’est un travail manuel où on utilise de la colle, du papier de ciment. Poursuivant son speech, elle soutien avec satisfaction que « nous sommes reconnaissantes de ce que cette formation a fait de nous. En confectionner une quantité, une fois vendue, elle peut nous aider à contribuer dans la dépense quotidienne. Mme Dione nous a réveillées et éveillées avec ses propres moyens pour aider les femmes de Diourbel. Sur ce, nous demandons aux autorités de nous accompagner pour avoir un local, du matériel plus précisément la matière première qu’est le papier ».

Moctar FICOU / VivAfrik

Laisser un commentaire