Amélioration de la production agricole au Sénégal : L’ISRA et le KOPIA procèdent à l’évaluation annuelle de projets communs

0

Les autorités Sénégalaises œuvrent pour l’amélioration de la production agricole et le niveau de vie des agriculteurs. Mais elles ne sont pas seules sur le terrain car plusieurs institutions à l’instar de l’Institut sénégalais de recherches agricoles (ISRA) et le centre Korea program on international agriculture (KOPIA) se sont assignées la même mission.   

Installé au Sénégal depuis décembre 2013 à la suite d’un mémorandum entre l’Administration coréenne pour le développement rural (RDA) et l’ISRA pour l’ouverture d’un centre KOPIA, ce dernier, à travers le financement de projets, procède au transfert de Technologies et techniques de culture de la Corée au Sénégal afin d’améliorer la production agricole et le niveau de vie des agriculteurs.

A cet effet, KOPIA a mis à la disposition des producteurs sénégalais du matériel par le financement de projets agricoles.

Pour évaluer les activités des projets liant les deux structures, un atelier s’est tenu lundi 27 décembre 2021 au Pôle de recherches de Hann (PRH) sous la présidence du Directeur Général de l’ISRA, Dr Momar Talla Seck et du Directeur de KOPIA/ Sénégal Dr Kim Jin Bae.

« De ces échanges, il est ressorti que, dans la première phase d’exécution du partenariat, KOPIA Sénégal et ISRA ont coordonné conjointement quatre projets de coopération avec les Centre national de recherches agronomiques (CNRA) de Bambey et le Centre pour le développement de l’horticulture (CDH) de Cambérène portant essentiellement sur le riz, l’arachide et l’oignon », a noté l’ISRA sur son site internet isra.sn.

L’ISRA a aussi indiqué qu’il a « atteint des résultats très satisfaisants avec l’homologation de nouvelles variétés d’arachide et de riz et de réaliser des semences de bonne qualité aussi bien en riz, arachide et oignon afin d’aider les producteurs sénégalais à améliorer la production ».

Aussi depuis 2014, lit-on dans le site internet de l’ISRA, cette collaboration a permis aux chercheurs de l’institut, et de l’ANCAR de visiter la Corée du sud et d’autres centres KOPIA pour des formations proposées par KOPIA/RDA mais également d’accueillir des experts coréens au Sénégal.

L’Institut sénégalais de recherches agricoles, organise, en collaboration avec son partenaire, des formations sur les nouvelles technologies agricoles mais aussi produit des variétés de semences certifiés qu’il met à la disposition des producteurs grâce à ce partenariat.

La même source a également fait part que la coopération a permis aussi le transfert de techniques de cultures coréennes aux agriculteurs sénégalais pour les aider à améliorer leur niveau de vie. Ces résultats obtenus après 3 années de recherche et d’expérimentation ont permis à l’ISRA et KOPIA de poursuivre leur coopération pour porter les fruits au niveau rural par la vulgarisation des techniques et technologies agricoles.

Ces projets portent entre autres sur la démonstration des bonnes techniques de disséminations et de productions de semences d’oignon pour améliorer le niveau de revenu des producteurs ; la mise en place d’un système de distribution de semences de riz de plateau pour améliorer la productivité ; le développement d’une technologie de production de semences de pomme de terre indemnes de maladie au Sénégal ; la mise en place de nouvelles variétés et culture de rotation/système de cultures intercalaires pour une bonne productivité du sésame et l’Amélioration de la production laitière et l’autosuffisance fourrage des élevages familiaux de la Haute Casamance.

Signalons qu’en plus de ces nouveaux projets de coopération, l’ISRA a signé avec KOPIA un projet de développement de grande envergure pour la mise en place d’un complexe de village agricole pilote afin d’améliorer le revenu des petits producteurs au niveau du Bassin arachidier du Sénégal.

« Ce projet exécuté par quatre centres de l’ISRA en collaboration avec l’ANCAR a permis de mettre en place un complexe de production de nouvelles variétés d’arachide de qualité. A ces acquis, il faut ajouter la mise en place d’un jardin horticole, d’un poulailler communautaire et des poulaillers individuels dans les (Villages Pilotes) de Mbousso (Lambaye, Diourbel) Kébé Mboudaye (Passy, Kaolack) et Mbar Bawane (Gossas, Fatick) », a-t-on conclu dans le site de l’ISRA.

Moctar FICOU / VivAfrik

Laisser un commentaire