Pour surveiller son espace maritime, l’Afrique du Sud lance les trois premiers nano-satellites de la constellation

0

L’Afrique du Sud a officiellement lancé les trois premiers nano-satellites de la constellation. A travers ce lancement, le gouvernement sud-africain qui planche actuellement sur le développement de satellites locaux pour améliorer la connectivité, précise que ces nano-satellites de la constellation ont pour mission de surveiller son espace maritime.

 Afin de prendre une part plus importante sur le marché mondial des satellites qui connait une croissance rapide, l’Afrique du Sud progresse dans le développement des infrastructures spatiales. Le pays a pour ambition de devenir un fournisseur de services, notamment pour les autres nations du continent.

« Nous avons déjà, en tant que pays, la capacité de gérer des satellites. Il existe des satellites qui, à un niveau ou à un niveau d’orbite particulier, sont gérés depuis l’Afrique du Sud. Nous avons donc cette capacité, pour pouvoir aller jusqu’au bout et de posséder des satellites », a indiqué la ministre des Communications et des Technologies numériques, Khumbudzo Ntshaveni.

Depuis le Cap Canaveral aux Etats-Unis, l’Afrique du Sud a effectué dans l’après-midi du jeudi 13 janvier 2022, le lancement de trois nano-satellites via une fusée de SpaceX. Ce sont les premiers équipements de la nouvelle constellation sud-africaine de satellites de surveillance du domaine maritime baptisée MDASat. Ils ont été construits localement, au centre africain d’innovation spatiale de l’Université de technologie de la péninsule du Cap (CPUT), a indiqué Ecofin dans ses colonnes.

Le même média ajoute que la constellation MDASat sera au final composée de neuf nano-satellites qui détecteront, identifieront et surveilleront les navires en temps quasi-réel afin de soutenir la protection du domaine maritime sud-africain. Le pays compte partager les informations récoltées avec les autres pays de la région qui possèdent une façade maritime. Blade Nzimande, le ministre sud-africain de l’Enseignement supérieur, des Sciences et de l’Innovation, a indiqué que son département a investi 27 millions de rands (1,76 millions $) sur trois ans dans le développement de ladite constellation.

Pour sa part, Blade Nzimande a déclaré que « dans le cadre de ce programme, les étudiants apprennent les principes d’ingénierie en utilisant les CubeSats comme outils de formation ». Au-delà de l’acquisition des matériaux indispensables à la construction des équipements, le budget octroyé par le ministère de l’Enseignement supérieur, des Sciences et de l’Innovation a aussi servi à la formation du personnel qui prend part au projet de constellation. Il a été mis en place, à cet effet, un cadre de développement du capital humain à l’Université de technologie de la péninsule du Cap.

Rappelons que le lancement des trois nano-satellites intervient trois ans après le lancement de ZACube-2, présenté comme le nano-satellite sud-africain le plus avancé à ce jour. Il avait été développé comme démonstrateur technologique pour la constellation MDASat.

Avant le lancement des premiers nano-satellites, Blade Nzimande soulignait que la constellation permettra à l’Afrique du Sud de raffermir sa position de leader dans le développement de petits satellites sur le continent.     

Moctar FICOU / VivAfrik          

Laisser un commentaire