La capacité de production de la centrale hydroélectrique de Sotuba (Mali) doublée

0

Le ministre Malien de l’Energie et de l’Eau, Malick Alhousseini, a procédé, mercredi 19 janvier 2022 lors de la cérémonie officielle de lancement des travaux de la Centrale hydroélectrique de Sotuba le doublement de la capacité de cette infrastructure située à Missabougou, dans la Commune VI de Bamako. Ce projet entre dans le cadre du Programme présidentiel d’urgence sociale d’accès à l’électricité et à l’eau potable.

Lancés en 2018 et prévus pour durer deux ans, les travaux devant augmenter la capacité de production de la centrale hydroélectrique de Sotuba ont pris du retard. L’exécutif malien se donne donc les moyens d’achever ce projet. Au Mali, le gouvernement a adopté lors du Conseil des ministres du mercredi 19 janvier 2022 deux décrets pour relancer les travaux de doublement de la capacité de la centrale hydroélectrique de Sotuba (Sotuba II).

Pour le ministre de l’Énergie et de l’Eau, « le lancement des travaux de doublement de la capacité de la centrale hydroélectrique de Sotuba (sotuba II) participe de la volonté des hautes autorités de notre pays de faire de l’accès à l’énergie et à l’eau potable un point cardinal de l’action publique ».

Confiée aux entreprises chinoises China Gezhouba Group Company et Sinohydro Corporation, la mise en œuvre du projet est « perturbée par des contraintes liées, notamment au changement du régime fiscal des marchés de travaux et à l’arrêt des opérations de déroctage sur le site », précise le gouvernement.

Qui relève que le premier décret porte donc approbation de l’avenant n°1 au marché relatif aux travaux de réalisation de génie civil, alors que le second porte sur le marché relatif à la fourniture et à l’installation des équipements hydro-électromécaniques.

Lancé officiellement en février 2018, le projet doit ajouter deux turbines de 3 Mégawatts (MW) chacune à la capacité de production de la centrale, afin d’atteindre une production moyenne annuelle de plus de 82 Gigawatts/heure (GWh). Les travaux étaient normalement prévus pour s’achever en février 2020.

Rappelons que le Mali ambitionne, à travers son Plan d’action national d’énergies renouvelables (PANER) de porter la part de celles-ci, dans son mix énergétique, à 58,3 % (1416 MW), d’ici à 2030, en ce qui concerne le raccordement au réseau.

Moctar FICOU / VivAfrik