En visite au Sénégal, Akinwumi Adesina cite la DER comme exemple de l’entreprenariat des femmes et des jeunes en Afrique

0

Le président de la Banque africaine de développement (BAD) a effectué une visite dans les locaux de la Délégation générale à l’entreprenariat rapide des femmes et des jeunes (Der/FJ) et a estimé que les réalisations de la DER/FJ ont été présentatives montrant toute sa joie et réitérant sa « confiance pour le Sénégal et la DER/FJ ». Il s’est aussi engagé pour l’augmentation des ressources pour le financement des jeunes.

Sur cette base, la Banque africaine de développement compte offrir en exemple la DER/FJ et la faire passer à l’échelle continentale. C’est ce qu’a fait savoir jeudi 27 janvier 2022, son président en visite à Dakar. Satisfait de l’impact de la DER/FJ, le Dr Akinwumi Adesina a promis aussi d’augmenter la contribution financière de la BAD à la Der et invite la jeunesse africaine à rester dans le continent et à contribuer à sa croissance.

Le président de la Banque africaine de développement a dit toute sa passion et sa confiance à la Délégation générale à l’entreprenariat rapide des femmes et des jeunes. « J’ai beaucoup de confiance pour le Sénégal et le président de la République qui travaille avec les jeunes », a déclaré dans les locaux de la DER/FJ, le Dr. Akinwumi Adesina, l’hôte de Papa Amadou Sarr, délégué général de la DER/FJ.

« J’ai confiance en Papa Amadou Sarr, parce qu’il sait comment rassembler les gens. Je suis extrêmement impressionné pour la confiance aux jeunes au Sénégal. Les jeunes de l’Afrique sont des atouts pour le continent et ne doivent pas braver la méditerranée pour aller ailleurs. On doit avoir la croissance de l’Afrique et cette croissance doit être inclusive, être l’espoir pour les jeunes africains. Leur avenir n’est pas l’Europe, ils ne doivent pas rester aux Etats-Unis, en Asie ou en Amérique Latine. L’avenir doit rester ici en Afrique et pour ce faire, il faut faire confiance eux jeunes », a soutenu le Dr. Adesina.

C’est un président de la Banque africaine de développement « extrêmement impressionné » qui a parlé des projets présentés. « Les projets qui ont été présentés vont dans le sens des High 5 (les 5 priorités) de la BAD à savoir Nourrir l’Afrique, Eclairer l’Afrique, Industrialiser l’Afrique, Intégrer l’Afrique et Améliorer la qualité de vie des populations africaines », a constaté Akinwumi Adesina.

Pour le président de la première institution multilatérale de développement africaine, l’Afrique n’est pas pauvre, puisque le continent a plus de 38 mille milliards au niveau des ressources naturelles sans compter le capital humain.

Ce qu’il faut pour son envole, c’est de créer un système et le faire de façon structurelle, soutenable et systémique. La BAD a, selon son président, commencé ce travail à travers la création de la banque pour l’investissement et l’entreprenariat des jeunes. « Il nous faut créer des systèmes et des écosystèmes financiers autour des jeunes », a indiqué le Dr. Adesina qui rassure quant au soutien fort et continu de la BAD, non sans souhaiter que la DER/FJ soit un exemple en Afrique. « On va augmenter le niveau de ressources pour créer un mouvement pour le financement des jeunes partout en Afrique », promet-il.

« Soyez rassurés, la Banque africaine de développement vous réitère son soutien fort et continu ». Car, a-t-il expliqué, je voudrais que la DER/FJ et le Pavie soient l’exemple (de développement) pour toute l’Afrique. En ce sens, a-t-il dit.

Pour lui, l’Afrique ne peut pas exister sans les femmes. « Les femmes africaines dirigent les choses et font un excellent travail et je ferai tout pour créer et renforcer les financements pour elles », a laissé entendre M. Adesina.

« Nous sommes à plus de 50% de taux de décaissement effectif avec plus de 60 mille emplois créés sur 150 mille sur les quatre années à venir », se glorifie Papa Amadou Sarr.

« Le président de la BAD est satisfait de ce qu’il a vu. Il est convaincu que c’est un modèle fiable et il veut faire passer le projet à l’échelle au niveau continental. Nous sommes très satisfaits de cette visite », a glorifié le directeur général de la DER/FJ.

Dans ses valises, un nouveau projet de la BAD pour les jeunes. En effet, le président de l’institution financière africaine envisage de lancer la Banque pour l’entreprenariat et l’investissement pour les jeunes africains. Une idée qui colle avec celle du chef de l’Etat de favoriser davantage l’entreprenariat des jeunes et des femmes avec des institutions fortes à l’image de la DER mais aussi l’objectif d’aller vers une mutation institutionnelle, une banque publique d’investissement pour les jeunes et les femmes du Sénégal.

Selon Papa Amadou Sarr, « le Dr. Adesina veut mettre davantage de ressources dans la Der pour impacter davantage et faire passer à l’échelle ce qu’elle fait. Il promet aussi d’accompagner les jeunes et les femmes entrepreneurs au niveau continental, faire partager l’expérience de la Der à travers le continent».

La DER/FJ capitalise 150 mille bénéficiaires de son accompagnement avec plus de 80 milliards de francs CFA déjà décaissés. L’institution accompagne des jeunes dans les pays frères comme la Mauritanie, la Guinée Conakry mais aussi le Togo et la Côte d’Ivoire. A travers les différents programmes d’accompagnement mis en place, la Der est à plus de 20 mille bénéficiaires au niveau continental. Son objectif est de faire une alliance africaine autour de l’entreprenariat pour les femmes et les jeunes.  

«Avec le président Macky à la tête de l’Union africaine, la Der pourra jouer ce rôle d’accompagner plusieurs Etats à développer leurs propres programmes gouvernementaux d’accompagnement pour les femmes et les jeunes entrepreneurs», a informé Papa Amadou Sarr.

Entre 2010 et 2015 le financement de la Bad pour le Sénégal était de 690 millions de dollars selon le président de l’institution. Qui fait savoir, également, que de 2016 à 2020, le financement a atteint  100,6 milliards de dollars. « Et cela traduit la confiance que nous avons pour le Sénégal », a-t-il insisté.

Moctar FICOU / VivAfrik