Le Sénégal lance une étude consacrée à l’actualisation de la stratégie nationale de mécanisation agricole

0

Les sénégalaises sont déterminées à moderniser la mécanisation du secteur agricole. C’est dans cette optique que le ministre de l’Agriculture et de l’Equipement rural (MAER) a procédé, jeudi 10 mars 2022 à Dakar au lancement officiel d’une étude destinée à réviser et actualiser la Stratégie nationale de mécanisation agricole du Sénégal mise en œuvre à partir de 2012.

Si l’on se fie au ministre, Moussa Baldé qui s’exprimait lors de cette cérémonie de lancement de ladite initiative, l’idée à travers cette étude est de réviser la stratégie nationale de mécanisation en cours pour disposer d’un document de qualité qui sera la feuille de route pour la Direction de la modernisation et de l’Equipement, chargée de la mise en œuvre de la politique.

A l’en croire, il s’agit, à travers cette étude de tirer les enseignements de cette stratégie afin de mener des actions fortes dans le cadre d’une nouvelle initiative.

« C’est dans cet esprit que le ministère de l’Agriculture en rapport avec la BAD a décidé de procéder à sa révision afin d’arriver à une meilleure articulation entre l’offre et la demande en termes de mécanisation de la production agricole », a expliqué Moussa Baldé.

Qui a rappelé que c’est en collaboration avec la Coalition africaine pour le développement de la riziculture et la JICA qu’une première politique de développement de la mécanisation avait été élaborée pour contribuer à la modernisation et l’intensification raisonnée de l’agriculture nécessaire pour améliorer la productivité des systèmes de production.

Poursuivant son speech, Moussa Baldé a relevé que, dix ans après, un volume financier de près de 80 milliards a été injectée pour faciliter l’accès des producteurs aux équipements pour les différents maillons des chaînes de valeur agricoles.

« Des résultats encourageants ont été obtenus avec l’augmentation du taux d’intensité culturale des superficies et des productions agricoles, l’amélioration de la qualité des produits locaux transformés mis à la disposition des consommateurs », a ajouté le responsable sénégalais.

Il a cependant jugé « nécessaire de mener une réflexion critique sur le bilan de la mise en œuvre de cette première stratégie menée depuis 2012 ».

De l’avis du Coordonnateur national du Projet de valorisation des Eaux pour le développement des chaînes de valeur (Provale-CV) chargé de l’étude, à l’issue de celle-ci prévue sur 4 mois, les résultats vont permettre d’avoir une idée sur le coût de la stratégie nationale de mécanisation agricole à l’horizon 2030 en fixant aussi bien l’approche et la méthodologie de mise en œuvre.

« L’étude est cofinancée par l’Etat du Sénégal et la Banque Africaine de développement. Le projet a conclu des partenariats avec plusieurs structures du ministère de l’Agriculture et de l’Equipement rural, modernisation et de l’Equipement rural en l’accompagnant dans ses activités. L’actualisation de cette étude entre dans ce cadre », a laissé entendre Younoussa Mballo.

La stratégie nationale de mécanisation agricole devrait permettre de réduire la pénibilité des activités culturales, de récolte et de transformation des produits agricoles, tout en contribuant à rendre le secteur beaucoup plus attractif.

Moctar FICOU / VivAfrik