Pêche et Aquaculture : Vers un meilleur accès au marché régional et international

0

« Vers un meilleur accès au marché régional et international des produits de la pêche et d l’aquaculture ». Tel est le thème de l’atelier qui a réuni les acteurs de la filière pêche et aquaculture jeudi 10 mars 2021 à Abidjan, capitale économique ivoirienne.

L’atelier qui a pour objectif d’échanger sur l’avenir du commerce de la pêche et de l’aquaculture en Afrique est initié par l’organisation intergouvernementale d’information et de coopération pour la commercialisation des produits de la pêche en Afrique (INFOPÊCHE) et la Coopération entre les États africains riverains de l’océan atlantique (COMHAFAT).

Le directeur de cabinet et représentant ministre des Ressources animales et halieutiques, le Dr Anlyou Meïté Zoumana a indiqué, dans son discours d’ouverture que l’objectif de cet atelier est de renforcer le rôle et l’importance des produits de la pêche et de l’aquaculture dans la croissance économique, à travers une meilleure contribution à la balance commerciale et à la balance des paiements.

Lors de son allocution, le Docteur Anlyou a insisté sur la nécessité pour IMFOPÊCHE de disposer de statistiques de première main couvrant les acteurs majeurs de la filière pêche. Ce sont notamment « une liste fiable des exportateurs et importateurs africains, associations d’armateurs et des associations des transformateurs des produits de pêches ».

Pour sa part, le directeur de INFOPÊCHE, Shep Helguile a fait part que le commerce des produits de la pêche est un secteur dynamique et grand pourvoyeur d’emploi en Afrique. A ce propos, li a souligné : « selon la situation mondiale des pêches et la FAO en 2020, plus de 120 millions de personnes sont employés dans le secteur de la pêche et de l’aquaculture dans le monde, dont la plupart exercent dans les pays en voie de développement ».

« La participation assez limitée de l’Afrique dans ce commerce mondiale du poisson, représente qu’un peu plus de 4,6% de la valeur totale des échanges globaux », a, de son côté fustigé le secrétaire général de la COMHAFAT, Benabbou Abdelouahed.

A l’en croire, il est aujourd’hui plus qu’urgent de créer une dynamique régionale visant à améliorer l’accès à la commercialisation du poisson dans les marchés internationaux et africain.

Moctar FICOU / VivAfrik