L’économie bleue des pays d’Afrique de l’Ouest sera soutenue par la Banque Mondiale, affirme Maria Sarraf

0

La directrice du département chargée de l’environnement en Afrique de l’Ouest à la Banque mondiale a montré toute sa détermination à soutenir l’économie bleue les pays africains, c’est-à-dire le développement durable de leurs activités maritimes.

Maria Sarraf qui s’exprimait, mardi 29 mars 2022 à Saly-Portudal (ouest) de Dakar, la capitale sénégalaise a assuré, lors du 10ème Forum régional côtier et marin d’Afrique de l’Ouest initié par le Partenariat régional pour la conservation de la zone côtière et marine (PRCM) dont les travaux se déroulent du 29 mars au 1er avril 2022 autour du thème suivant : « La santé des océans, enjeu de développement durable des pays du littoral ouest africain» que la Banque mondiale est déterminée à soutenir l’économie bleue des pays africains.

Sur ce point précis, elle relève que « la transition vers l’économie bleue est un agenda crucial pour la Banque mondiale. Elle est (…) importante pour la relance économique post-Covid, face aux impacts du changement climatique sur le littoral aussi ».

 « La transition des pays africains vers une économie bleue est un agenda crucial pour la Banque mondiale », a insisté Maria Sarraf. Qui a rappelé qu’en 2021, le portefeuille des projets de la Banque mondiale dédiés à l’économie bleue dépassait 9 milliards de dollars US et était destiné à plus de 60 pays, a-t-elle dit mettant en valeur l’importance qu’accorde l’institution multilatérale à ce pan de l’économie.

Poursuivant son allocution, Mme Sarraf, a renchéri que « ces investissements permettent à la fois de protéger le capital naturel des océans, de gérer durablement ces ressources et d’optimiser les potentialités de l’économie liée aux océans ».

Avec ses partenaires, la Banque mondiale a mis en place un fonds fiduciaire de plus de 200 millions de dollars US pour identifier les opportunités de développement de l’économie bleue et renforcer les connaissances dans ce domaine, a encore détaillé Maria Sarraf.

Evoquant l’Afrique, Maria Sarraf qui a indiqué que « plusieurs initiatives soutiennent l’économie bleue » a donné l’exemple du Programme régional des pêches en Afrique de l’Ouest, lequel affiche de « très bon résultats ».

A l’en croire, il existe d’autres d’investissements dans plusieurs pays d’Afrique de l’Ouest dont le Sénégal ». Selon la responsable de la Banque mondiale, « un projet de 50 millions de dollars US sera approuvé d’ici à juin ou juillet de cette année ».

Se prononçant sur la pollution marine et côtière elle relève qu’afin d’éradiquer ce fléau, la Banque mondiale a ouvert des marchés de recyclage au Ghana, au Mozambique, au Nigeria et en Tanzanie. Poursuivant son speech, Mme Sarraf a fait valoir que l’institution financière internationale collabore avec les pays membres de l’Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA), depuis 2007, dans la lutte contre l’érosion côtière. Concluant son intervention, la directrice du département chargée de l’environnement en Afrique de l’Ouest à la Banque mondiale a souligné que « des milliards de personnes dépendent directement des océans pour leurs emplois et leurs moyens de subsistance ».

Moctar FICOU / VivAfrik