Lutte contre la crise alimentaire en Afrique : L’AFD mise sur la souplesse des mécanismes de financement

0

Le continent africain se prépare à payer un lourd tribut à la guerre lancée par la Russie en Ukraine. Le continent noir souffre déjà des retombées économiques de ce conflit. La flambée des prix alimentaires et de ceux du pétrole fait craindre une aggravation de la pauvreté dans tout le continent. Le secrétaire général de l’Organisation des Nations unies (ONU), Antonio Guterres, a mis en garde contre « un ouragan de famines ». 18 pays africains et pays les moins avancés importent au moins 50% de leur blé d’Ukraine ou de Russie.

En termes clairs, les populations africaines sont particulièrement exposées aux conséquences du conflit russo-ukrainien, du fait de leur dépendance à l’import de matières premières agricoles. La hausse des cours creuse le déficit extérieur et l’insécurité alimentaire de nombreux pays, déjà aux prises avec le dérèglement climatique et le Covid-19. Face à l’urgence, l’Agence française de développement (AFD) mise sur la solidarité régionale et la souplesse des mécanismes de financement.

Loin des destructions directes provoquées par l’armée russe sur le sol ukrainien, une autre catastrophe se joue pour l’Afrique. Dans l’ouest du continent par exemple, 38,3 millions de personnes auront besoin d’une assistance alimentaire et nutritionnelle immédiate pour la période juin-août 2022, a alerté le Réseau de prévention des crises alimentaires (RPCA) dans des propos relayé par le site officiel de l’AFD.

Selon le site de l’AFD, la paralysie du bassin de production alimentaire de la mer Noire a vu grimper le cours du blé de 30 %, en date du 15 mars 2022. Il avait déjà doublé en 2021. Or, sur 55 pays que compte le continent africain, 33 importent 90 % ou plus de leur consommation de blé. Au Maghreb notamment, la situation est critique, a fortiori en période de ramadan : l’Égypte importe plus de 60 % de sa consommation de blé, l’Algérie 75 %, la Tunisie 62 % et le Maroc 38 %.

Le président de la Banque africaine de développement (BAD), Akinwumi Adesina, a rappelé qu’avant le début des opérations russes en Ukraine, « quelque 283 millions de personnes souffraient déjà de la faim » sur le continent. En effet, la crise alimentaire mondiale est palpable en Afrique depuis la première crise russo-ukrainienne de 2013-2014, ces deux pays étant respectivement premier et quatrième exportateurs de blé dans le monde. Avec l’effet démultiplicateur de sécheresses répétées, et surtout de la crise du Covid-19, l’instabilité menace encore plus.

Celle-ci se mesure déjà aux tarifs qui explosent sur les étals des marchés depuis mars 2022. Or, en 2021, 8 000 protestations sociales ont éclaté à travers le continent en réaction à la hausse des prix à la consommation. L’Organisation des nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) a d’ailleurs révisé son indice de suivi des prix alimentaires au niveau mondial, obtenant le pire taux depuis sa mise en place dans les années 1990, lit-on dans le site l’AFD.

L’Ouest africain en première ligne

La même source indique que dans la zone Sahel et l’Ouest africain, déjà frappés par une chute du rendement des récoltes et l’instabilité sécuritaire, la question d’une aide supplémentaire d’urgence se pose déjà. « Nous sommes passés de 10,7 millions de personnes menacées par l’insécurité alimentaire en 2019 à 40,7 millions en 2022 », s’alarme Issoufou Baoua, expert analyste en sécurité alimentaire auprès du Comité inter-États de lutte contre la sécheresse au Sahel (CILSS).

Particulièrement touchés, le pourtour du lac Tchad (Tchad, Nigéria, Cameroun) et la zone des trois frontières, au carrefour du Mali, du Burkina Faso et du Niger, inquiètent.

Par contre, le site officiel de l’AFD relève que les pires conséquences du conflit en Ukraine pour l’Afrique pourraient être encore à venir. Les Nations unies alertent sur le fait que la poursuite de la guerre empêcherait les prochaines récoltes en Ukraine, voire en Russie, ce qui pourrait entraîner une nouvelle hausse des prix du blé. Plus grave encore, les récoltes pourraient être menacées sur plusieurs années avec la chute des importations de fertilisants. Avec certains ingrédients comme la potasse importés en Afrique de l’Ouest à 90 % via la Russie et la Biélorussie, on assiste déjà à un doublement des prix sur les douze derniers mois.

Dans un pays comme la Mauritanie, déjà impactée par un effondrement de la biomasse produite ces dernières années, les conséquences pourraient être durables. « Les prix élevés des engrais risquent de conduire à une faible production agricole en 2022. Assurer l’approvisionnement alimentaire pour l’année 2023 s’annonce encore très difficile. Dans cette perspective, la reconstitution des stocks publics nationaux et régionaux peut dès à présent être un objet d’intervention déterminant pour le groupe AFD », a indiqué Matthieu Le Grix, responsable Agriculture, développement rural et biodiversité à l’AFD dans la même source.

Confrontés à ces urgences multiples, certains États se replient et misent sur l’autarcie. L’Algérie ou le Ghana ont ainsi choisi d’interrompre les exportations alimentaires à leurs voisins. Matthieu Le Grix s’en alarme : « Il nous faut désormais raisonner la notion de souveraineté alimentaire à l’échelle régionale, avec la solidarité entre pays ». Pour parer à l’urgence, le groupe AFD souhaite notamment poursuivre son soutien aux dispositifs de stockage de denrées alimentaires, et en particulier s’inspirer de la réussite de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) dans ce domaine.

« Nous devons mettre en adéquation nos instruments financiers pour déployer plus de souplesse face à l’urgence, en complément des instruments humanitaires et dans le respect de notre mandat. Tout doit être fait pour accompagner la progression vers l’autonomie alimentaire dans les pays vulnérables, c’est-à-dire soutenir la production et permettre de réduire les importations de produits de base », conclut Matthieu Le Grix.

Pour déployer ce surcroît d’agilité sur le continent où il est le plus impliqué, le groupe AFD peut notamment s’appuyer sur des outils éprouvés comme le Fonds paix et résilience Minka. Créé en 2017, ce fonds est dédié à l’endiguement et à la prévention des conflits. Il couvre par exemple 60 % des financements en dons sur la zone Sahel, et permet un accompagnement de terrain adapté à des situations particulièrement délicates, comme celle que traverse le Mali.

Moctar FICOU / VivAfrik