ENDA Énergie outille les villes du Sénégal non signataires de la Convention des maires en Afrique Subsaharienne

0

L’Organisation non gouvernementale (ONG) ENDA Énergie outille les villes du Sénégal non signataires de la Convention des maires en Afrique Subsaharienne afin de faciliter leur adhésion. Cette convention, selon, le coordonnateur de programmes à Enda Énergie, offre des opportunités de financement, de renforcement de capacités…

A cet effet, Emmanuel Seck a fait valoir qu’« avec 60% des populations et des activités regroupés dans les villes comme c’est le cas de Dakar, on peut  comprendre qu’elles aient une contribution réelle par rapport à la réduction des émissions des gaz à effets de serre, voire du taux d’industrialisation de ces villes. Avec les activités économiques qui s’y mènent et qui sont très énergétivores mais aussi le système de transport qui est un domaine très polluant, les collectivités doivent pouvoir jouer un rôle dans la réduction des émissions mais aussi dans le renforcement de la résilience des communautés ».

Poursuivant son allocution lors de la cérémonie d’ouverture officielle de ces travaux, le responsable d’Enda Énergie a renchéri qu’« à travers la Convention des maires, les différentes parties prenantes c’est-à-dire les grandes villes de plus de 500 000 habitants, notamment les villes de Dakar et Pikine bénéficient de financements ».

A l’en croire, l’objectif de cette rencontre est d’élargir cette initiative afin que les autres villes au niveau du Sénégal puissent entrer dans ce processus. C’est pourquoi, « la Convention des maires donne une opportunité à ces collectivités d’accéder à des financements mais aussi, de renforcer l’apprentissage par les pairs. C’est-à-dire ce que Dakar sait faire en matière de planification et même de réduction des émissions, qu’il puisse en faire bénéficier aux autres villes qui n’ont pas eu cette chance », a conclu Emmanuel Seck.

Rappelons qu’avec une urbanisation galopante, une croissance de la population considérée comme la plus rapide (9,6 Milliards d’ici à 2050), en Afrique, les villes et territoires, font face à des risques énormes liés au changement climatique.

L’adaptation des villes au changement climatique et la réduction des émissions de gaz à effet de serre au même titre que l’accès à une énergie abordable, fiable et durable doivent être une responsabilité pour les autorités locales.

Moctar FICOU / VivAfrik