Le Burundi et la BAD signent deux accords de dons pour améliorer l’approvisionnement en eau et renforcer la résilience aux changements climatiques

0

Le gouvernement du Burundi et la Banque africaine de développement (BAD) ont signé, le 21 novembre 2023 à Bujumbura, deux accords de dons d’un montant total de 13,15 millions de dollars destinés à mettre en œuvre la Phase 1 du Programme d’appui au secteur de l’eau et au renforcement de la résilience aux changements climatiques (PASEREC-Phase1).

Selon un communiqué transmis à la presse, ces accords ont été signés par le ministre burundais des Finances, du Budget et de la Planification économique, Audace Niyonzima, et le responsable du bureau pays de la Banque au Burundi, Pascal Yembiline.

La phase1 du PASEREC vise à renforcer la résilience du pays face aux effets des changements climatiques et d’améliorer de façon durable les conditions socioéconomiques des populations.

Le programme permettra notamment de construire 18 systèmes d’approvisionnement en eau potable alimentés par de l’énergie électrique ainsi que 202 bornes fontaines modernes et automatisées. Quelques 30 systèmes de captage d’eau, dont les forages à gros débit, un réseau d’adduction et de distribution d’eau sur un linéaire d’environ 300 kilomètres, seront également construits ainsi que 275 latrines écologiques près des infrastructures sociales comme les écoles, les centres de santé et les marchés, lit-on dans le texte.

Qui a précisé que la mise en œuvre du programme permettra de fournir de l’eau potable ainsi qu’un cadre de vie assaini à plus de 1,2 million de personnes. De plus, le projet devrait créer 9 600 emplois dans les domaines de l’eau, de l’agriculture et des métiers verts.

Le ministre Niyonzima a salué ce financement de la Banque qui n’a jamais cessé d’accompagner le Burundi dans ses efforts d’amélioration des conditions de vie des populations, selon ses dires. Il a souligné que le projet cadre bien avec les priorités du gouvernement et s’inscrit dans les orientations et axes d’intervention stratégiques du Plan national de développement (PND).

De son côté, Pascal Yembiline, a réitéré la disponibilité du Groupe de la Banque à consolider son soutien aux efforts de développement du Burundi, notamment à la transformation structurelle de son économie dans le cadre de la mise en œuvre du Plan national de développement et de la vision du Burundi « Pays émergent en 2040 et développé en 2060 ». La première phase du programme, qui va durer cinq ans, concerne les provinces de Cibitoke, Bubanza, Kayanza, Cankuzo, Ruyigi, Gitega, Mwaro et Rutana.

Moctar FICOU / VivAfrik

Laisser un commentaire