BAD : Le SEFA accorde 9,72 millions de dollars pour moderniser la flotte hydroélectrique africaine

0

Le Fonds pour l’énergie durable en Afrique (SEFA), géré par la Banque africaine de développement (BAD), a approuvé, le 21 novembre 2023 à Abidjan en Côte d’Ivoire, un don de 9,72 millions de dollars pour intensifier le Programme de modernisation de l’hydroélectricité en Afrique, un guichet unique qui remet en état les systèmes hydroélectriques africains afin d’en améliorer la fiabilité et la flexibilité, a-t-on d’un communiqué du SEFA, un fonds spécial multidonateurs qui fournit des financements catalytiques pour débloquer les investissements du secteur privé dans les énergies renouvelables et l’efficacité énergétique.

Si l’on se fie à la même source, à travers ce nouveau financement, le Programme de modernisation de l’hydroélectricité en Afrique étendra la modernisation d’une réserve de douze projets menés par le secteur privé dans huit pays sélectionnés sur une base concurrentielle. Les travaux physiques et les activités de préparation permettront d’augmenter la capacité disponible de 570 mégawatts (MW) pour un investissement estimé à un milliard de dollars, y compris de la part du secteur privé. Ces travaux réduiront également les émissions de gaz à effet de serre de 1 700 kilotonnes d’équivalent CO2 par an.

Les projets comprennent la modernisation du système d’eau de refroidissement de la centrale soudanaise de Roseires, d’une capacité de 280 MW, afin de réduire les arrêts forcés, et le remplacement des équipements électromécaniques de plus de 60 ans de la centrale Lubilanji 1, d’une capacité de 7 MW, en République démocratique du Congo.

« Près de la moitié des actifs hydroélectriques de l’Afrique ont plus de 30 ans et vieillissent rapidement. Les moderniser avec les dernières technologies électromécaniques et numériques est le moyen le plus rapide et le moins coûteux d’augmenter la capacité d’énergie propre et d’améliorer la flexibilité du système nécessaire pour accélérer les efforts de transition énergétique », a déclaré, dans le communiqué, João Duarte Cunha, chef de division pour les énergies renouvelables et responsable du SEFA à la Banque africaine de développement.

Le projet s’inscrit pleinement dans le cadre du « New Deal » de la Banque pour l’énergie en Afrique, qui vise à fournir aux Africains un accès universel à l’énergie, en donnant la priorité aux technologies à faible émission de carbone qui exploitent les ressources hydroélectriques, solaires, géothermiques et éoliennes du continent.

L’hydroélectricité moderne joue un rôle clé dans la transition énergétique de l’Afrique en réduisant la dépendance aux combustibles fossiles et en ancrant des parts plus importantes de sources d’énergie renouvelable variables telles que le solaire et l’éolien.

Le Groupe de la Banque africaine de développement a créé le Programme de modernisation de l’hydroélectricité en Afrique en 2021, avec un don d’un million de dollars du SEFA, pour augmenter la capacité installée à faible coût et à faible impact, améliorer la fiabilité et la flexibilité des systèmes électriques africains, et soutenir les solutions d’hybridation telles que le photovoltaïque solaire flottant. Le programme est ancré dans un partenariat avec l’Association internationale de l’hydroélectricité, qui a récemment cartographié les besoins et les opportunités de modernisation du parc hydroélectrique actuel à l’échelle du continent, a conclu le communiqué du SEFA qui a pour objectif principal de contribuer à l’accès universel à des services énergétiques abordables, fiables, durables et modernes pour tous les Africains, conformément au « New Deal » pour l’énergie en Afrique et à l’Objectif de développement durable (ODD) n°7 des Nations unies.

Moctar FICOU / VivAfrik

Laisser un commentaire