Vers la mise en œuvre d’un projet d’interconnexion électrique de 225kV entre la Mauritanie et le Mali

0

Le Conseil d’administration du Fonds africain de développement a approuvé, jeudi 14 décembre 2023 à Abidjan, la capitale ivoirienne, un financement de 302,9 millions de dollars américains pour le Mali et la Mauritanie afin de contribuer à la mise en œuvre du Projet d’interconnexion électrique de 225 kV Mauritanie-Mali et de développement de centrales solaires associées dans le cadre de l’Initiative Desert to Power.

Selon un communiqué reçu à VivAfrik, l’appui du guichet concessionnel du Groupe de la Banque africaine de développement (BAD) comprend 269,6 millions de dollars pour la Mauritanie et 33,3 millions de dollars pour le Mali. Le reste du financement du projet, d’un coût d’environ 888 millions de dollars, sera fourni par d’autres partenaires et des fonds climatiques.

Le projet d’interconnexion électrique en 225 kV entre la Mauritanie et le Mali, associé au développement de centrales solaires, représente une opération d’investissement stratégique qui vise à favoriser l’essor de la production d’énergie solaire et à garantir un accès universel à l’électricité dans ces deux pays du Sahel.

Le projet a pour objectif d’établir une interconnexion électrique haute tension sur 1 373 kilomètres, avec une capacité de transit de 600 mégawatts (MW) entre les deux pays ; de construire une centrale solaire de 50 MW à Kiffa, en Mauritanie, reliée à l’interconnexion, et de connecter 100 000 nouveaux ménages (80 000 en Mauritanie et 20 000 au Mali) au réseau électrique dans les localités traversées. En outre, le projet permettra de créer des opportunités d’entreprenariat agricole et de services pour les jeunes et les femmes, lit-on dans le communiqué.

Le texte relève que l’opération prioritaire de l’Initiative Desert to Power, ce projet est inscrit dans la feuille de route régionale approuvée en 2021 par les pays bénéficiaires du programme. Il s’agit d’un premier tronçon de la dorsale trans-sahélienne devant relier la Mauritanie au Tchad, en passant par le Mali, le Burkina Faso et le Niger. L’interconnexion permettra de développer de nouvelles centrales d’énergie renouvelable, dont la production sera plus intégrée aux réseaux interconnectés.  Sa mise en exploitation facilitera l’accès à une électricité de qualité, à faible teneur en carbone et à un prix abordable.

Pour le directeur des énergies renouvelables et de l’efficacité énergétique à la Banque africaine de développement, Daniel Schroth, qui se prononce dans le cadre de la référence à cette approbation inédite du Fonds en faveur des deux pays, « l’approbation de ce projet montre que l’Initiative Desert to Power se concrétise progressivement à travers les projets structurants qui permettront de développer des moyens de production d’énergie renouvelable dans les deux pays ».

« La préparation de ce projet était un défi que les autorités maliennes et mauritaniennes et la Banque africaine de développement ont relevé. Son approbation consolide le soutien de la Banque au secteur de l’électricité en Mauritanie. Ce projet inclusif et durable traduit dans les faits notre politique de soutien au développement des infrastructures vertes en Afrique. Il aura un impact sur la promotion du secteur privé, la promotion du commerce et la création d’opportunités d’emploi », a, de son côté, souligné dans le document parcouru par VivAfrik, Malinne Blomberg, responsable du bureau pays de la Banque en Mauritanie et directrice générale adjointe de la Banque pour la région Afrique du Nord,

Le responsable du bureau pays de la Banque au Mali, a fait valoir que « le Groupe de la Banque africaine de développement, en approuvant ce projet, se démarque une fois de plus par son engagement aux côtés des pays africains pour les accompagner dans leurs projets de développement. »

« La disponibilité permanente d’une électricité de qualité et à un coût abordable renforcera la résilience des populations dans les localités bénéficiaires. Au Mali, le projet interviendra dans la région de Kayes et bénéficiera à 500 000 habitants dont 20 000 ménages répartis dans les 50 localités qui seront raccordées au réseau », a précisé Adalbert Nshimyumuremyi.  

Moctar FICOU / VivAfrik                    

Laisser un commentaire