Le changement climatique et la préservation de l’environnement, les oubliés de la campagne présidentielle congolaise

0

La campagne présidentielle s’est achevée lundi soir, 18 décembre 2023 à minuit et le scrutin aura lieu mercredi 20 décembre 2023 en République démocratique du Congo (RDC). Les différentes organisations de protection de l’environnement regrettent qu’après les grands discours à la 28ème Conférence de l’Organisation des Nations Unies (ONU) sur le climat (COP28), la question du changement climatique et de l’environnement n’aient pas été abordés par les différents candidats.

Lors de cette campagne, il a beaucoup été question de la guerre à l’est du pays, du Rwanda, de la nationalité, de la gratuité de l’enseignement. Mais le changement climatique et l’environnement ont été les grands oubliés de cette campagne présidentielle.

Kinshasa, c’est pourtant 17 millions d’habitants, des milliers de voitures et une pollution épouvantable. Déchets, plastiques, et surtout pollution de l’air qui vient notamment d’un parc automobile vieillissant. Pour le médecin Béatrice Lumona, la capitale est sérieusement polluée. « Avant, quand on avait quelqu’un qui avait des problèmes respiratoires, c’était quelqu’un qui avait la tuberculose ou quelqu’un qui faisait de l’asthme. Mais actuellement, il y a des problèmes respiratoires inexpliqués. Il y a de plus en plus de femmes enceintes qui viennent pour une petite infection, avec des problèmes respiratoires ».

Quelques projets ont vu le jour ces dernières années : le reboisement de la commune de Limete pour améliorer la qualité de l’air. La mise en place de bennes sur certaines grandes avenues du centre-ville pour recycler les bouteilles en plastique. Mais ses projets sont loin d’être suffisants.

« Bien sûr, parler de la guerre à l’Est, c’est une bonne chose parce que nous devons mettre fin à ce fléau. Mais nous devons aussi savoir que la crise climatique dans les années qui viennent, s’il n’y a pas une politique efficace, va beaucoup plus tuer que la guerre. Elle aura un impact économique majeur, elle va impacter les moyens de subsistance des communautés. Aujourd’hui, avec les perturbations des régimes pluviaux, l’agriculture sera sérieusement affectée et la population kinoise ou congolaise sera prédisposée à l’insécurité alimentaire », a déploré le militant Bonaventure Bondo pour qui les hommes politiques ne semblent pas mesurer l’ampleur du problème.

Le taux d’oxyde d’azote et matière particulaire est onze fois supérieur à la valeur guide annuelle de l’OMS pour la qualité de l’air à Kinshasa.

Moctar FICOU / VivAfrik

Laisser un commentaire