Éthiopie : Une famine imminente guette le Tigré, alertent les autorités

0

Les conditions météorologiques, le manque d’aide humanitaire et les effets persistants de la guerre qui a opposé pendant deux ans l’administration et les rebelles tigréens risquent de plonger les populations locales dans une famine sans précédente, a mis en garde l’administration du Tigré.

Si l’on se fie au président de l’administration intérimaire de la région éthiopienne dans un document partagé sur le réseau social X (ex-Twitter), vendredi 29 décembre 2023, une « catastrophe humanitaire imminente » est en vue. Plus de 91% de la population du Tigré est « exposée au risque de famine et de mort ».

Le risque de famine imminente est notamment dû à une sécheresse suivie de pluies destructrices qui frappent la région, ainsi qu’aux effets persistants de la guerre qui a opposé pendant deux ans le gouvernement fédéral à cette région du nord du pays, a souligné le responsable éthiopien, Getachew Reda.

Le responsable qui s’exprimait en référence de presse sur l’accord de paix de novembre 2022 qui a mis fin à la guerre entre les rebelles tigréens et Addis-Abeba a rappelé que « depuis la signature de l’accord de Pretoria, des milliers de Tigréens sont déjà morts par manque de nourriture » avant d’évoquer la suspension de l’aide alimentaire.

Ainsi, Getachew Reda a indexé la suspension de l’aide des Etats-Unis et du Programme alimentaire mondial (PAM) de l’ONU, qui ont interrompu en juin 2023 toute aide alimentaire à l’Ethiopie, au motif de détournements. « Bien que l’aide ait été rétablie sur une base limitée, ce qui parvient aux nécessiteux n’est qu’une fraction de ce qui serait nécessaire pour répondre aux besoins actuels », a déclaré le président de l’administration intérimaire.

Getachew Reda qui a estimé que la situation sur le terrain dans le nord de l’Ethiopie ne peut être vérifiée de manière indépendante, car l’accès des médias au Tigré est restreint par le gouvernement fédéral, a conclu que « le gouvernement éthiopien et la communauté internationale (…) doivent désormais faire leur part pour faire face à la catastrophe humanitaire imminente ».

Moctar FICOU / VivAfrik

Laisser un commentaire