Des cadres de la Compagnie d’énergie du Mali trainée devant la justice

0

Au Mali, les délestages sont fréquents à Bamako et dans des localités de l’intérieur du pays. La mauvaise gestion et des détournements de fonds à l’intérieur de la compagnie d’Énergie du Mali (EDM), société d’État, expliquent en partie pourquoi elle ne peut faire face à la demande. Une dizaine d’anciens cadres et d’autres en fonction sont notamment accusés de « faux et usage de faux ».

Signalons que c’est le pôle national économique et financier de Bamako qui instruit le dossier. Parmi la dizaine de cadres et d’anciens fonctionnaires interpellés, figure le directeur général sortant de la société d’énergie du Mali. Les auditions se poursuivent ce jeudi 11 janvier 2024. La justice qualifie les faits de « faux, usage de faux » et « atteinte aux biens publics ».

Si l’on se au correspondant de Radio France internationale (RFI), Serge Daniel qui donne l’information, un ex-ministre malien de l’Energie et un ex- DGA de EDM (actuellement à l’étranger) sont convoqués pour être entendus par la Brigade du Pôle national économique et financier dans une affaire de « faux et usage de faux et atteinte aux biens publics ».

RFI précise que certains cadres de la société auraient mis en place « un véritable réseau mafieux ». Par exemple, alors que les groupes électrogènes doivent fonctionner avec du fioul (moins coûteux), des responsables de la compagnie auraient mis du gasoil, qui coûte plus cher, dans les moteurs. En 2022, les factures non justifiées dites « supplémentaires » de la société s’élevaient 18 milliards de francs CFA.

EDM croule sous le poids de la dette, qui est aujourd’hui d’environ 600 milliards de francs CFA. L’État n’a pour le moment quasiment plus les moyens de payer les fournisseurs. Face au mécontentement des populations plongées dans le noir, « le dossier de la société d’énergie du Mali » surnommé « société d’énergie du Mal » est désormais géré au sommet de l’État, a conclu France internationale.

Moctar FICOU / VivAfrik     

Laisser un commentaire