Flux migratoires et hub énergétique : L’Italie et l’Afrique cèle un « partenariat stratégique » au profit du « Plan Mattei »             

0

Les dirigeants africains se sont réunis à Rome en Italie les 28 et 29 janvier 2024 pour un sommet au cours duquel le Premier ministre, Giorgia Meloni, a dévoilé, lundi 29 janvier 2024, un plan stratégique visant à redéfinir les relations de l’Italie avec le continent africain et à freiner l’immigration. En termes clairs, l’objectif du « Plan Mattei » est à la fois d’accélérer le développement des pays africains pour freiner les flux migratoires vers le Vieux Continent et de transformer l’Italie en un hub énergétique reliant l’Afrique à l’Europe.

Ce programme de « partenariat stratégique » avec les pays africains est doté d’un budget initial de 5,5 milliards d’euros (5,95 milliards de dollars), en vue de « s’attaquer aux causes profondes de la migration irrégulière » et de transformer l’Italie en hub énergétique entre le continent africain et l’Union européenne.

S’exprimant à la cérémonie d’ouverture de la première édition du Sommet Italie/Afrique qui se tient à Rome elle a souligné : « notre plan peut compter sur 5,5 milliards d’euros entre prêts, subventions et garanties. Environ 3 milliards (proviendraient) du Fonds pour le climat italien et 2,5 milliards du Fonds de coopération au développement ».

Le soi-disant « Plan Mattei », du nom du défunt Enrico Mattei qui a fondé le géant italien de l’énergie Eni dans les années 1950, a été présenté comme un pilier de la politique étrangère de Meloni alors qu’elle cherche à renforcer la présence diplomatique de Rome. Il préconisait un vaste plan de développement des pays africains en les aidant à exploiter leurs ressources naturelles.

Plus de 20 chefs d’État et de gouvernement ont pris part à cet événement qui a commencé par un dîner dimanche 28 janvier 2024 avant le sommet officiel du lundi 29 janvier 2024, où Meloni a présenté l’Italie comme le pont naturel entre l’Afrique et l’Europe.

S’exprimant en présence de ces chefs d’Etat et de gouvernement africains, dont les présidents de la Tunisie, du Sénégal, des Comores, de la République du Congo, de l’Erythrée, du Ghana, du Kenya, de la Mauritanie, du Mozambique et du Zimbabwe, Mme Meloni a indiqué que les destins de l’Afrique et de l’Europe sont interconnectés.

Meloni qui a indiqué que son gouvernement cherchera à impliquer le secteur privé et des organismes internationaux tels que l’Union européenne (UE) dans le plan Mattei a ajouté que « l’Italie s’engage à démontrer que nous sommes conscients de l’interconnexion du destin de nos continents, et qu’il est possible d’envisager et d’écrire un nouveau chapitre de nos relations impliquant une coopération entre égaux, bien loin de toute tentation prédatrice et de toute approche charitable à l’égard de l’Afrique ».

La présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, le président du Conseil européen, Charles Michel, et la présidente du Parlement européen, Roberta Metsola, étaient tous présents à la séance d’ouverture du Sommet Italie/Afrique à Rome.

Bien que les détails du plan soient restés secrets, l’Italie a déclaré qu’elle souhaitait servir de plaque tournante pour l’énergie africaine tout en stimulant les investissements afin de freiner l’immigration illégale à travers la Méditerranée.

Mme Meloni, dont le pays préside cette année le G7, s’est aussi engagée à faire du développement de l’Afrique un thème central de son mandat. A cet effet, elle a confié que « l’Italie a fait un choix précis de politique étrangère qui conduira à donner à l’Afrique une place d’honneur dans l’agenda de notre présidence du G7 ».

Dans une déclaration accordée dans la soirée du dimanche 28 janvier 2024 à la chaîne de télévision publique Rai 1, la cheffe du gouvernement italien a par ailleurs dévoilé quelques projets pilotes envisagés dans le cadre du « Plan Mattei ».

« Un grand centre de formation professionnelle sur les énergies renouvelables au Maroc, des projets sur l’éducation en Tunisie, d’autres pour l’accès aux soins de santé en Côte d’Ivoire : voilà quelques-uns des projets pilotes du Plan Mattei. Le partage est l’un des principes clés du Plan, et les travaux de ce sommet seront cruciaux pour enrichir le parcours », a-t-elle dit, précisant que des projets sont également prévus en Algérie, au Mozambique, en Egypte, en République du Congo, en Ethiopie et au Kenya.

Le plan dont la durée s’étalera sur quatre années renouvelables sera structuré selon des domaines d’intervention tels que les partenariats dans le secteur de l’énergie, la promotion des exportations et des investissements, l’éducation et la formation, la santé, la sécurité alimentaire, l’exploitation durable des ressources naturelles, la protection de l’environnement, le renforcement des infrastructures, la prévention de l’immigration irrégulière et la gestion des flux migratoires légaux, ont relayé les médias italiens.

L’objectif est à la fois de sécuriser l’approvisionnement de l’UE en produits énergétiques et d’accélérer le développement des pays africains pour freiner les flux migratoires vers le Vieux Continent. A la tribune de l’ONU, la Première ministre italienne avait présenté en septembre 2023 son plan comme « une alternative sérieuse au phénomène de migration de masse ».

Moctar FICOU / VivAfrik

Laisser un commentaire