Politique d’aménagement du territoire outil de justice sociale, et d’intégration économique en Afrique de l’Ouest

0

La notion de territoire recouvre une réalité à la fois complexe et plurielle. Pour exprimer cet état de fait, nous nous permettons de saisir les différents paramètres que recouvre le concept de territoire. En effet, rappelons que les espaces d’écosystèmes, même semblables, sont transformés, de manière différente selon les groupes humains, en matrice d’existence sociale. Il en est déduit que chaque société humaine produit donc son territoire qui lui est propre, une entité spatiale qu’elle s’approprie et qu’elle marque de ses réalisations et de ses vécus (technologies, conflits et relations dissymétriques internes et/ou externe…) au cours de son histoire. Il est le lieu de relations.

C’est dire que le territoire n’est pas une fin en soi, une réalité figée ou statique. Il est un espace dynamique, façonné, vécu et perçu différemment selon les sociétés et les époques. Selon Christian Wiesmann : « le territoire est un construit social qui est continuellement retravaillé au gré de l’évolution et de la manifestation des relations territoriales ».

Instruments de la politique d’aménagement du territoire au Sénégal

En un demi-siècle, le territoire Sénégalais à l’instar des pays africains se trouve aujourd’hui profondément transformé sur le plan morphologique, économique, sociale, institutionnel, environnemental… Cependant, ces mutations des territoires semblent de plus en plus inintelligible que les relations qui unissent sa société, son économie avec son espace d’implantation sont devenus complexes.

Et l’aménagement semble submergé par cette dynamique évolutive du territoire et de son contenu, si bien que, les concepts, les données qui fondent les méthodes d’analyse ou de prévision, ou encore les actions dans ce domaine ont des difficultés à cerner, dans sa promptitude et son ambigüité, ce nouveau contexte. Il faudra ajouter qu’à cette diversité des territoires, correspond une diversité des évolutions qui appelle à une adaptation des outils pour permettre de rendre compte de cette multiplicité des situations à prendre en compte dans les décisions d’aménagement du territoire.

Dès lors, il parait évident et impérieux que les démarches et les instruments de la politique d’aménagement au Sénégal épousent les contours de ces réalités ; de même qu’il faut mettre en place des méthodologies, des concepts et des outils qui prennent et rendent compte de cette multiplicité des territoires et les conditions de leur mise en cohérence.

Aussi, la décentralisation (et plus particulièrement la promotion des pôles de développement dans le champ de l’aménagement) et le développement de la politique régionale Ouest africaine ont introduit une complexité du jeu d’acteurs publics dans le champ de l’aménagement dont la référence n’est plus exclusivement le territoire national.

L’intégration régionale voire africaine est un enjeu central pour le futur de la politique d’aménagement

En 2015, d’après la direction de l’environnement et des établissements classées (DEEC), le Sénégal, membre à la fois de l’Union Economique Monétaire Ouest Africaine (UEMOA) et de la Communauté Economique des Etas de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) est un pays résolument orienté vers une coopération et une intégration économique sous-régionale dans la perspective d’une union économique voire la création d’une fédération des Etats de l’Afrique de l’Ouest. Ce qui témoigne de la prise de conscience du Sénégal des enjeux actuels d’infra-structuration de cette intégration régionale, qui pourrait ainsi gommer ces découpages parfois inadaptés à la vie quotidienne et aux nécessités du développement.

L’introduction de frontières coloniales à la fin du XIXe siècle en Afrique a eu pour corollaire l’instauration brutale et arbitraire d’un modèle européen d’État et l’importation d’un ordre territorial et d’un aménagement de l’espace, tout droit sortis d’un modèle westphalien abusivement universalisé.

Elle a pour mérite de créer une nouvelle dimension spatiale de développement. Et puisque les problèmes sont loin d’être maîtrisés, il est essentiel que les pays prennent en compte la question de l’intégration dans la définition de leurs politiques respectives d’infrastructures et plus globalement d’aménagement du territoire. C’est donc à raison que l’UEMOA fait de l’institution d’une coordination des politiques sectorielles nationales par la mise en œuvre d’actions communes et éventuellement de politiques communes notamment dans l’aménagement du territoire, l’un de ces objectifs majeurs.

Sans ignorer les obstacles à l’intégration et, de là même, à l’atteinte de ses objectifs en matière de coordination et mise en cohérence des politiques, l’avenir des territoires de l’Afrique, et en particulier du Sénégal se joue, désormais, à l’échelle du continent africain et mondial. La politique d’aménagement du territoire doit agir en donnant une dimension africaine aux stratégies territoriales au niveau de toutes les échelles, nationale, régionale et locale.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here