Les initiatives des pays africains pour le bien être de leur population

0

Côte d’Ivoire promeut les droits de l’enfant

L’Union des Radios de Proximité de Côte d’Ivoire (URPCI) a fait de la promotion des droits de l’enfant, la priorité de ses programmes radiophoniques en développant des stratégies innovantes pour rapprocher l’information des communautés et faciliter leur participation en créant des normes sociales favorables à la réalisation des droits des enfants. En partenariat avec le Fonds des Nations unies pour l’enfance (UNICEF) qui a financé le projet « Radio, Amie des Enfants », à hauteur 190 millions FCFA, l’union  a mis en compétition 72 radios de proximité  pour faire la promotion des droits de l’enfant liés à la Santé, à la nutrition, à la protection, à l’éducation, à l’accès à l’eau potable, au VIH/sida, à l’hygiène et à l’assainissement. Pour Karamoko Bamba, président de l’URPCI il s’agit de « développer des stratégies innovantes afin de rapprocher l’information des communautés et de faciliter leur participation en créant de normes sociales favorables à la réalisation des droits des enfants » par unecampagne radiophonique de proximité à  travers « la production de magazines, tables-rondes, reportages, émissions  interactives, émissions publiques… » En termes de localités couvertes, le projet a touché 85 localités réparties dont 69 départements sur les 108 que compte le pays, soit un taux de couverture de 63,89%, 8 communes sur les 10 que compte le District autonome d’Abidjan, soit une couverture de 80,00%, a informé apanews.net.

L’Ouganda, terre d’accueil des réfugiés

Sur les rives du lac Albert, dans l’ouest de l’Ouganda, des dizaines de réfugiés arrivent chaque jour. Ils fuient le conflit qui sévit dans la République Démocratique du Congo (RDC) voisine. En avril, ce sont 80 à 100 réfugiés qui sont arrivés chaque jour dans le pays, selon le Haut-Commissariat aux réfugiés. « Sur la route pour venir ici il y eu des tirs et les balles volaient juste à côté de nous. Je suis venu là pour obtenir de l’aide parce que j’ai entendu dire qu’en Ouganda, on aidait les réfugiés, raconte Uketi Depite, réfugié arrivé de RDC. Pendant des années, l’Ouganda a ouvert ses portes aux réfugiés alors qu’au même moment de nombreux pays dans le monde les fermaient. Les nouveaux arrivants semblent certains qu’ils seront bien accueillis en Ouganda. « Je savais qu’en arrivant en Ouganda il y aurait la paix et qu’on me donnerait de la nourriture et des habits », estime Angeyechan Nikuma, venue elle aussi de RDC dans les colonnes de euronews.com.

Aide européenne

Aujourd’hui, l’Ouganda accueille 1.2 millions de réfugiés, de loin le plus grand nombre en Afrique et le troisième à l’échelle mondiale. Pourtant, l’Ouganda est l’un des pays les plus pauvres du monde – et dépend fortement de l’aide étrangère. Une part importante de cette aide est destinée à soutenir la politique de la porte ouverte du pays. Ces deux dernières années l’Union européenne a donné plus de 150 millions d’euros au pays. Les réfugiés peuvent vivre, cultiver, travailler et se déplacer librement ici et cette politique devrait inspirer d’autres pays, selon cet expert. « D’une certaine manière, c’est un modèle pour d’autres pays. Montrer qu’en accueillant les gens et en leur donnant de l’espace, en leur donnant une certaine liberté de mouvement, une certaine liberté d’emploi – cela peut fonctionner, sans créer automatiquement une crise pour le pays hôte », indique Chris Nola, directeur TYhe Refugee Law Project, Ouganda dans la même source.

RDC : 39 personnes tuées dans l’effondrement d’une mine  

Une mine de cuivre et de cobalt s’est partiellement effondrée, jeudi 27 juin 2019 à Kolwezi (sud-est), tuant 39 mineurs clandestins. Cette mine de cuivre et de cobalt située dans le sud-est de la République démocratique du Congo (RDC) est exploitée par la Kamoto Copper Company (KCC), filiale du groupe minier suisse Glencore. L’accident s’est produit dans une mine à ciel ouvert de la Kamoto Copper Company, contrôlée à 75% par le groupe minier Glencore, a précisé le gouverneur, Richard Muyej. Il a été causé par les mineurs clandestins qui ont inondé (la mine) et l’exploitent de manière anarchique, a déclaré le gouverneur. Dans un communiqué publié jeudi par Glencore, le bilan s’établissait à 19 personnes tuées, un chiffre depuis revu à la hausse. « Les mineurs artisanaux illégaux travaillaient dans deux galeries surplombant la zone d’extraction », a expliqué le groupe, lorsque les «deux galeries se sont effondrées». « KCC participe actuellement à des opérations de recherche et de sauvetage avec les autorités locales », a assuré Glencore jeudi, ajoutant que les incidents n’étaient « pas liés aux opérations ou aux activités de KCC », renseigne jeuneafrique.com.

Moctar FICOU / VivAfrik                         

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here