700 000 oiseaux et 300 000 tortues de mer capturés accidentellement chaque année dans le monde, révèle Ibrahima Diouf

0

Le chef de la division pêche industrielle de la Direction des pêches maritimes (DPM) a révélé que quelque 700 mille oiseaux et 300 mille tortues de mer sont capturés accidentellement, chaque année dans le monde.   

« Les dégâts sont très importants en ce qui concerne les oiseaux et les tortues de mer, avec 700 mille oiseaux et 300 mille tortues marines, victimes de prises accidentelles », s’est désolé Ibrahima Diouf qui présidait la réunion du comité de pilotage du projet « Réduction des captures accidentelles des oiseaux et tortues de mer dans les pêcheries industrielles de l’Afrique de l’Ouest » de l’ONG internationale BirdLife.

Il a rappelé que « le ministère des Pêches et de l’Economie maritime a élaboré une lettre de politique sectorielle » s’appuyant sur un partenariat technique et financier pour « mettre en œuvre cette politique déjà définie pour une durée de cinq ans ».

« Le plan d’action du projet de BirdLife est en parfaite cohérence avec cette lettre de politique sectorielle », s’est-il félicité.

Il a souligné que la formation d’observateurs occupe une bonne place dans cette politique, de manière à réduire les dégâts causés par les prises accidentelles.

« Aujourd’hui, on est à l’ère de la cogestion dans le secteur de la pêche. Le Sénégal, à travers la DPM et la Direction de la protection et de la surveillance des pêches (DPSP), est en train de former des techniciens qui vont servir de relais à travers les Conseils locaux de la pêche artisanale (CLPA) », a informé M. Diouf.

De son côté, Ahmed Diamé de l’ONG BirdLife a laissé entendre que « tous les pays membres de la Commission sous-régionale des pêches (CSRP) bénéficient de formation y compris le Sénégal, où, pendant un certain temps, il y avait un problème de disponibilité d’observateurs ».

A l’en croire, au Sénégal, les observateurs en mer, qui étaient « plus ou moins vieillissants, sont tous partis à la retraite ».

« Maintenant, les autorités sénégalaises ont pris des engagements forts pour recruter un nouveau corps composé d’une quarantaine d’observateurs qui sont prêts à aller en mer et nous sommes en train d’accompagner ces observateurs », a ajouté M. Diamé.

« Nous venons de former le premier groupe de 15 observateurs sur ces questions de prises accidentelles et la semaine prochaine, nous en formerons15 autres. Ce qui fera 30 sur les 40 observateurs que le Sénégal veut former sur la question », a-t-il précisé.

Moctar FICOU / VivAfrik

Laisser un commentaire