La RDC réitère son intention de fabriquer les batteries au lithium au DRC-Africa Business Forum

0

Les autorités de la République démocratique du Congo (RDC) ont affiché, lors du DRC-Africa Business Forum organisé du mercredi 24 au jeudi 25 novembre 2021 à Kinshasa que la RDC veut produire localement des batteries en lithium et développer une chaîne de valeur régionale autour des véhicules électriques et des énergies propres.

Le DRC-Africa Business Forum est organisé en partenariat avec la Commission économique des Nations unies pour l’Afrique (CEA). Félix Tshisekedi et son homologue zambien, Hakainde Hichilema ont ouvert la manifestation en présence de plusieurs officiels et des ministres délégués du Maroc et du Gabon.

« La RDC se positionne de plus en plus comme pays solution dans la transition écologique et énergétique et se donne l’ambition aujourd’hui d’être le leader mondial dans la production des précurseurs des batteries électriques et, partant, des voitures électriques », a indiqué le ministre de l’Industrie, Julien Paluku à l’occasion de l’ouverture de la DRC Africa Business Forum.

Mieux, la République démocratique du Congo se positionne comme la destination la plus compétitive du monde pour installer des usines de fabrication de batteries. Elle veut capter une partie des « 8 000 milliards de dollars » de revenus issus de la vente des véhicules électriques à l’échéance 2025, « 46 000 milliards d’ici à 2050 ». Par ailleurs, le pays, qui exporte ses nombreuses richesses minières à l’état brut, compte sur sa réserve de 400 millions de tonnes de lithium et 25 millions de tonnes de cobalt pour alimenter cette industrie.

L’objectif du forum est de « développer une chaine de valeurs autour de l’industrie des batteries et des véhicules électriques mais aussi pour des énergies renouvelables », selon Julien Paluku, la RDC est la meilleure destination dans le domaine des batteries électriques. C’est ce qui a encouragé les autorités à mettre en place un conseil des batteries de la RDC.

Signalons que les autorités Congolaises avaient annoncé la création du Conseil des batteries de la RDC.  Un établissement public qui devrait piloter la politique gouvernementale dans ce secteur. Les résolutions de ce forum non encore présentées à la presse, mais consultées par RFI donnent aux Congolais la possibilité de détenir des parts dans les sociétés étrangères qui pourraient investir en RDC dans la fabrication de batteries pour voitures électriques. Ce que l’on sait déjà, c’est que l’entreprise pilote pourrait être basée à Lubumbashi dans la province du Haut – Katanga, même si le lithium, matière première pour ces batteries, sera exploitée dans le Tanganyika. 

C’est un premier pas pour le pays mais la bataille pourrait s’avérer rude. Car, le patronat congolais, la Fédération des entreprises du Congo (FEC), souhaite que les entreprises qui vont investir soient majoritairement constituées des capitaux africains.

Suffisant pour Albert Yuma, le président de la Fédération des entreprises du Congo, a ainsi demandé de s’assurer « dès le départ de la participation des nationaux au capital de ces entreprises communes ». Il prône un « protectionnisme africain » avant de « s’ouvrir aux autres ». 

A la fin des travaux du forum, jeudi, Sidi Ould Tah, patron de la Banque arabe de développement pour l’Afrique (BADEA) a réaffirmé l’engagement des partenaires extérieurs d’accompagner les autorités congolaises. Un accompagnement « pour faire de ce pays, un point de départ pour une Afrique qui change le narratif, crée des emplois et transforme ses ressources ».

Dans le même sillage, le ministre de l’Industrie a rappelé qu’une étude de Bloomberg démontre clairement que pour investir dans le secteur des batteries électriques aux Etats-Unis, le coût est estimé à près de 117 millions de dollars alors qu’en Chine, il est de 112 millions de dollars. En Europe, notamment en Pologne, ce coût est évalué à 65 millions de dollars. Cependant, pour les mêmes types d’investissements, l’étude de Bloomberg a démontré que les coûts en RDC sont évalués à 39 millions de dollars soit trois fois moins chers qu’aux Etats Unis et en Chine.

Les autorités veulent séduire les investisseurs avec cette étude de Bloomberg qui affirme qu’il est trois fois moins cher d’installer une usine de ce type en RDC, qu’aux Etats-Unis ou en Chine. « Les engagements sont forts ! », se réjouit Julien Paluku. « Nous étions en négociation déjà avec la Fédération des entreprises du Congo et avec la Gécamines, qui est la Générale des Carrières des Mines, pour que la première usine pilote soit basée à Lubumbashi. Et les entreprises minières sont prêtes à pouvoir approvisionner cette usine de production en matière première. Tous les financiers du monde ont signé l’engagement de pouvoir nous accompagner dans la mise en place de ce nouveau rêve », laissé entendre M. Paluku.

Cette étude pousse Julien Paluku a confirmé le nouveau concept « RDC pays solution, RDC meilleure destination dans le secteur des batteries électriques ».

Moctar FICOU / VivAfrik

Laisser un commentaire