La France ravagée par les feux de forêt encore en cours  

0

Le ministre français de l’Intérieur, Gérald Darmanin qui prévoit de se rendra en Gironde ce jeudi 11 août 2022 aux côtés de la Première ministre, Élisabeth Borne a affirmé qu’au moins 6 800 hectares de forêts ont brûlé depuis mardi 9 août 2022 dans cette partie de la France, où les autorités suspectent une origine criminelle.

Des feux de forêt continuent de progresser dans plusieurs départements français, mercredi 10 août 20222, selon les autorités locales qui regrettent que plus de 42 000 hectares ont déjà brûlé depuis le 10 juin 2022.

En effet, la préfecture d’Aquitaine dans le sud-ouest a annoncé que le feu a repris depuis mardi après-midi à proximité de Landiras dans le département de la Gironde et a brûlé plus de 6 000 hectares de pins. Par ailleurs, la préfecture a aussi indiqué sur son compte Twitter que plus de 3 500 personnes avaient été évacuées.

D’autres incendies font rage dans le Maine-et-Loire, dans la Drôme, en Isère, ou encore dans l’Aveyron. Ainsi, les pompiers ont dû faire face à plusieurs autres départs de feu dans la région entraînant la destruction de dizaines d’hectares de forêts.

Déjà au mois de juillet 2022, la région avait connu de grands incendies qui ont ravagé plusieurs milliers d’hectares de végétation.

Dans une interview pour Libération, le ministre de la Transition écologique, Christophe Béchu est revenu sur les nombreux incendies qui touchent la France cet été. Selon lui, « des leçons à tirer » pour prévenir les incendies. « Le changement climatique va augmenter la fréquence et l’intensité de ce type d’épisodes », prévient-il.

Il propose notamment de « faire les travaux qui évitent que nos forêts s’enflamment ». Dans les surfaces privées, ce qui est le cas de 75% des forêts françaises, les travaux pourront être réalisés et mis ensuite à la charge des propriétaires, s’ils ne le font pas d’eux-mêmes. Le ministre prévient également que des mesures sur l’eau devront être prises, n’excluant pas la mise en place de restrictions toute l’année et fixant la nécessité que la profession agricole diminue sa consommation d’eau.

Moctar FICOU / VivAfrik

Laisser un commentaire