La BAD et l’OIM lancent un rapport sur l’exploitation des migrations pour le développement en Afrique

0

La Banque africaine de développement (BAD) et l’Organisation internationale pour les migrations (OIM) ont publié vendredi 22-mars 2024 un rapport conjoint destiné à aider les praticiens et les décideurs à faire de la migration une force de développement en Afrique.

Le rapport, intitulé Diaspora Engagement, Climate-Induced Migration and Skills Mobility (Engagement de la diaspora, migration climatique et mobilité des compétences : focus sur l’Afrique) examine l’impact des migrations sur le développement humain et la réduction de la pauvreté. Il offre des pistes pour exploiter le potentiel de la diaspora africaine, renforcer la résilience climatique et exploiter la mobilité des compétences pour améliorer la trajectoire de développement de l’Afrique.

Selon le rapport, les principales conclusions montrent que l’engagement de la diaspora est essentiel pour atténuer l’impact de la « fuite des cerveaux » et faciliter le flux de compétences et de connaissances de différentes parties du monde vers le continent africain, et vice versa ; les communautés de la diaspora africaine jouent un rôle essentiel dans la résolution des problèmes liés au climat, qu’il s’agisse de problèmes soudains, d’adaptation ou de réduction des risques de catastrophe, lorsque leur expertise technique est mise à profit et que la mobilité des compétences est facilitée ; les partenariats et la collaboration demeurent essentiels pour intégrer l’engagement de la diaspora dans les réponses politiques et programmatiques au changement climatique et à la mobilité des compétences aux niveaux national, régional et continental.

Les résultats sont le fruit d’une collaboration de deux ans entre les deux organisations, ainsi qu’avec les membres de la plateforme de la Banque multilatérale de développement sur les migrations économiques et les déplacements forcés (EMFD).

« L’étude illustre minutieusement le fait que, lorsqu’elles sont bien gérées, les migrations peuvent être un puissant moteur du développement humain et de la réduction de la pauvreté. Elle peut favoriser des économies durables et équitables en introduisant l’innovation, les compétences, les connaissances et les transferts de fonds entre les pays d’origine et de destination », a indiqué un extrait de la préface signée par Akinwumi A. Adesina, président du groupe de la Banque africaine de développement, et António Vitorino, ancien directeur général de l’Organisation internationale pour les migrations.

Moctar FICOU / VivAfrik

Laisser un commentaire