Sénégal: Seules 8 040 tonnes collectées sur 193 000 tonnes de déchets plastiques

0

Les acteurs en charge de l’Environnement sont fort convaincus que les déchets plastiques, mal gérés, posent des problèmes à différents niveaux. Une problématique tridimensionnelle autant écologique que sanitaire en passant par le cadre de vie. Et sur 193 000 tonnes de déchets plastiques rejetés dans les ordures ménagères, seules 8 040 tonnes font l’objet de recyclage.

Le ministre en charge de l’Environnement et du Développement durable, Abdoulaye Bibi Baldé, venu présider la cérémonie de lancement de la Semaine nationale de ramassage des déchets plastiques, a fait état des résultats d’une étude menée par le Programme national de gestion des déchets en 2014. Des résultats qui ont permis de relever que « 102 millions 698 milles 343 tonnes de plastiques sont importées chaque année au Sénégal, conduisant ainsi à une production annuelle estimée à 193 000 tonnes de déchets rejetés dans nos ordures ménagères et assimilées. En revanche, seule une quantité de 8 040 tonnes de déchets plastiques est collectée en vue d’un recyclage et/ou d’une valorisation », rapporte Setal.net.

Ces chiffres, Abdoulaye Bibi Baldé, assisté de son collègue, Alioune Sarr, ministre en charge du Commerce, les a trouvés « assez éloquents et devraient nous amener à repenser nos modes de consommation et de production pour les rendre plus viables et respectueux de l’environnement ».

À cet égard, rappelle-t-il, « la politique gouvernementale de gestion des déchets plastiques vise à promouvoir le slogan des “’3Rve”’, qui consiste à “Réduire, réutiliser, récupérer, recycler, valoriser et éliminer”, les déchets plastiques. C’est d’ailleurs, là, tout le sens qu’il faudra donner à cette semaine qui, entre autres, “vise principalement à informer et sensibiliser nos compatriotes sur le contenu de la loi et sa mise en œuvre en vue de susciter un nouveau comportement citoyen autour de la gestion des déchets plastiques?; mobiliser les acteurs étatiques, non étatiques et les populations autour d’activités de ramassage et de collecte des déchets plastiques?; appuyer le développement de filières de collecte, de valorisation et/ou d’élimination des déchets plastiques, considérées comme de véritables sources de création d’emplois et de lutte contre la pauvreté”.

Il faut noter, dans la même veine, que la cérémonie est aussi l’occasion pour le département en charge de l’environnement de procéder à la mise en place d’une cinquantaine de “’Points récuplast”’ à travers tout le pays. C’est-à-dire des points de collectes des déchets plastiques. Et chaque point générera au moins 2 emplois directs et 3 indirects.

Le ministre Abdoulaye Baldé de souligner, à ce propos que le résultat recherché “à travers cette initiative, c’est de récupérer le plastique usagé (le stock de plastique dans la nature) et de produire grâce au rotomolage des chaises, des seaux, des bacs, des pots de fleurs, etc. Ce que nous visons à travers cette économie circulaire des déchets plastiques, c’est aussi de permettre à des jeunes de gagner leur vie grâce à une activité décente de récupération et de vente de déchets plastiques. Ce que nous souhaitons enfin, c’est d’atténuer, voire de supprimer les altérations et nuisances que les déchets plastiques créent à notre cadre de vie”, conclut-il.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here