Les cultures céréalières présentent une situation « contrastée » dans le monde en 2016

0
« Les premières perspectives de récolte de céréales pour 2016 sont contrastées, en partie du fait des conditions météorologiques actuelles associées à El Niño », résume de l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (Fao) dans son bulletin mensuel sur l’offre et la demande mondiales diffusé le jeudi 4 février par lafranceagricole.fr.       

« Aux États-Unis, les premières indications laissent prévoir que les superficies ensemencées en blé d’hiver tomberont à leur niveau le plus faible depuis 2010 » lit-on dans ce bulletin. Et le document de poursuivre que « dans l’hémisphère Sud, la sécheresse de début de campagne au Brésil et en Argentine pourrait aboutir à une réduction des superficies ensemencées. » « En Europe, le temps sec a obligé l’Ukraine à réduire considérablement les superficies emblavées, mais les conditions sont généralement favorables en Fédération de Russie, malgré un excès d’humidité dans le sud et le centre du pays. Les emblavures dans l’Union européenne devraient être en léger recul mais, globalement, de bonnes pluies ont favorisé l’établissement des cultures, et, d’après les premières données, on peut attendre une production abondante pour la troisième année de suite » a ajouté le document. Selon le même texte, en Asie, la réduction des disponibilités d’eau en Inde, après une mousson médiocre en 2015 et une pluviométrie inférieure à la moyenne depuis octobre 2015, a compromis les semis de blé de 2016, et on attend un fléchissement des superficies. Quant à la Chine, « les cultures de blé devraient rester stables par rapport à celles de l’année précédente, grâce au maintien par l’État de ses mesures de soutien des prix intérieurs et aux conditions météorologiques favorables. »

Abordant le cas de l’Afrique, la Fao indique dans son bulletin que « les conditions sont plutôt défavorables en Afrique australe, où le temps sec et chaud associé à El Niño a fortement compromis les perspectives de récolte, en particulier en Afrique du Sud où, d’après les premières indications, on attend une baisse probable de 25 % de la production. » Concluant qu’« en ce qui concerne le riz, les perspectives de récolte de 2016 le long de l’Équateur et au sud de celui-ci sont médiocres, le manque d’eau réduisant les semis en Australie et les retardant en Indonésie, tandis que les pluies excessives et peu fréquentes ont une incidence négative sur les semis en Amérique du Sud », souligne encore la Fao.

Moctar FICOU / VivAfrik

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here