Un appareil pour déshydrater et conserver les récoltes en Ouganda

0

Mettre fin aux pertes de récolte et le gaspillage alimentaire, tel est le dessein de Lawrrence Okettayot, un jeune ougandais de 23 ans qui a inventé un désydrateur de nourriture visant à éviter ces pertes et ce gaspillage alimentaire.

L’Organisation des Nations unies évalue la nourriture perdue chaque année en Afrique à une quantité qui pourrait nourrir 300 millions de personnes. Lawrence Okettayot, un étudiant en ingénierie de 23 ans en Ouganda, espère que son déshydrateur de nourriture permettra de résoudre non seulement les problèmes de gaspillage alimentaire de son pays, mais aussi ceux du monde entier.

C’est dans ce sens que Kitgum Lawrence Okettayot a créé un désydrateur de nourriture qui pourrait être une solution à la crise de perte alimentaire en Afrique. Rien qu’en Ouganda, jusqu’à 40% des fruits et légumes sont perdus. Mais Lawrence espère que son invention, le Sparky Dryer, changera tout. A l’en croire, l’appareil est un déshydrateur fonctionnant avec les déchets qui sèche rapidement les fruits et les légumes, les faisant durer des mois au lieu de plusieurs jours. Il ressemble à un petit réfrigérateur et utilise des déchets organiques au lieu de l’électricité.

« Une grande partie de ce qui est vendu sur les marchés est gaspillée parce que les agriculteurs ne peuvent pas stocker la nourriture……Ils doivent donc rentrer chez eux et cueillir des fruits et légumes frais le lendemain. » « Pendant la saison sèche, très peu de plantes poussent ici, alors les gens ont faim », explique Lawrence, en marchant dans le marché animé de Kitgum, la capitale du nord du pays, devant de petites échoppes et des tas de nourriture en décomposition.

Le coût de base de l’appareil est de 80 $ (environ 47000 CFA). Et chaque unité peut déshydrater 10 kg de mangues en seulement deux heures. Il a une petite chambre où un feu de gaz est fixé, chauffant une chambre de séchage séparée au-dessus de laquelle les produits en tranches sont empilés dans des étagères. Il dispose également d’un convertisseur catalytique qui empêche les gaz nocifs d’être libérés pendant le processus de séchage.

Les alternatives au sécheur Sparky sont des déshydrateurs électriques, mais ils sont trop chers, alors que les méthodes de séchage traditionnelles – séchoirs solaires ou séchage au soleil – ne fonctionnent pas bien pendant la saison des pluies et sont beaucoup plus lentes.

Lawrence a été inspiré par son oncle qui lui a dit qu’il envisageait de quitter l’agriculture. « Nous avions l’habitude de jeter la majeure partie de ce que nous cultivions », explique son oncle. « Maintenant, nous pouvons sécher les mangues et autres fruits même quand il pleut, donc nous ne gaspillons plus rien », a-t-il poursuivi.

« Nous vendons des produits déshydratés pendant la saison sèche pour quatre fois plus d’argent que les produits frais », ajoute-t-il tout en montrant un immeuble en brique construit en plein cœur de la ferme.

Un rapport d’un institut britannique soutient qu’entre 30 % et 50 % de la nourriture produite chaque année dans le monde est perdue. Selon l’Institution of mechanical engineers (Ime), entre 1,2 et 2 milliards de tonnes de nourriture se retrouvent annuellement dans les poubelles.

Moctar FICOU / VivAfrik

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here