Des liens étroits entre la violence et la faim, selon la FAO et Muhammad Yunus

0

Le Directeur général de l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (Fao), José Graziano da Silva, et le Professeur Muhammad Yunus, prix Nobel de la paix ont, à l’occasion de la célébration de la Journée internationale de la non-violence au siège de la Fao, à Rome en Italie, insister sur le fait que les actes de violence et la faim sont souvent liés et que lutter contre ces deux phénomènes requérait de créer des opportunités génératrices de revenus pour les populations, en particulier pour les femmes et les jeunes, en zone rurale. En d’autres termes, les deux responsables entendent instaurer la paix et la sécurité alimentaire, leur premier projet lancé en République centrafricaine.

« De nos jours, les actes de violence et les conflits sont les principales causes des souffrances liées à la faim dans le monde. Nous devons obtenir la paix pour pouvoir instaurer une certaine sécurité alimentaire », a laissé entendre José Graziano da Silva qui ajoute que le nombre de personnes souffrant de sous-nutrition chronique avait augmenté ces trois dernières années.

Formation et des microcrédits dans des pays

Pour sa part, le Professeur Muhammad Yunus par ailleurs prix Nobel de la paix a affirmé en marge du Comité de l’agriculture de la Fao (Coag), que «la violence entraîne des problèmes de pauvreté, de faim, de migration et de famine. Notre façon d’appréhender la chose est de fournir aux populations des opportunités en vue de les aider à survivre par leurs propres moyens. Les microcrédits aident les gens, en particulier les femmes, à générer des revenus, en les impliquant dans des entreprises. Il s’agit d’une stratégie durable et qui ne repose pas sur la charité. Elle encourage plutôt l’énergie et la créativité des jeunes, en particulier».

M. José Graziano da Silva s’est également dit préoccupé par les répercussions des conflits et du changement climatique, comme par exemple l’impact des sécheresses sur les entrepreneurs ruraux, et notamment sur les femmes et les jeunes en Afrique. « La Fao, en collaboration avec le Centre Yunus des affaires à caractère social, travaille à créer des opportunités pour les jeunes afin qu’ils puissent générer des revenus grâce au renforcement des capacités, de la formation et des microcrédits dans des pays tels que la République centrafricaine qui a été ravagée par une guerre civile et tente maintenant de reconstruire son économie».

Au cours de leur entretien, le Directeur général de la Fao et M. Yunus ont souligné l’importance de renforcer la collaboration entre l’agence de l’Organisation des Nations unies et l’Alliance Fao des lauréats des prix Nobel de la Paix pour la sécurité alimentaire et la paix en vue de sensibiliser davantage le public sur les liens existant entre le conflit et la faim.

M. Yunus, connu pour avoir fondé la Banque Grameen, surnommée la «Banque des pauvres», a indiqué que le soutien à l’entreprenariat rural devrait être au cœur des solutions visant à lutter contre les souffrances liées à la faim et à l’instabilité.

Le premier projet de l’Alliance Fao des lauréats des prix Nobel de la Paix sera lancé en RCA

Le premier projet de l’Alliance Fao des lauréats des prix Nobel de la Paix, lancé en République centrafricaine, vise à renforcer les capacités des déplacés, des anciens combattants, des femmes et des jeunes afin d’améliorer leurs moyens d’existence et de favoriser un retour à la normale. Il sera donc question d’expliquer aux bénéficiaires le fonctionnement des marchés, de faciliter leur accès à de meilleurs systèmes de production et de rendre leurs exploitations plus résilientes face au climat.

L’Alliance Fao des lauréats des prix Nobel de la Paix a été créée en 2016 par la Fao avec pour objectif de sensibiliser l’opinion publique sur le fait que la paix est une condition sine qua non pour parvenir à une certaine sécurité alimentaire pour tous et qu’une meilleure sécurité alimentaire peut contribuer à la paix.

Parmi les autres membres de l’Alliance figurent Oscar Arias Sánchez, Tawakkol Karman, Betty Williams, Juan Manuel Santos, Mairead Maguire, José Ramos Horta, Fredrik Willem de Klerk et Adolfo Pérez Esquivel. En marge de l’Assemblée générale des Nations Unies la semaine dernière, la Fao a décerné à Graça Machel le titre de membre honoraire de l’Alliance Fao des lauréats des prix Nobel de la Paix pour la sécurité alimentaire et la paix, en hommage à la lutte héroïque de Nelson Mandela pour la liberté et la paix.

Moctar FICOU / VivAfrik

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here