ONE et l’artiste Bono ensemble pour sauver 16 millions de vie entre 2021 et 2023

0

Les deux parties ont lancé une campagne de mobilisation des ressources en faveur du Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme.

Le 11 janvier 2019, le Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme (FMSPT) a annoncé qu’il cherchait 14 milliards de dollars US, soit environ 700 milliards de FCFA, pour financer l’essentiel de ses activités pour les trois prochaines années. Pour le Fonds, ces ressources seront nécessaires pour contribuer à sauver 16 millions de vies dans le monde entre 2021 et 2023.

C’est pour marquer son adhésion à ce combat que Bono, chanteur de U2, s’est engagé aux côtés de l’organisation non gouvernementale ONE pour lancer « The ONE Campaign and RED ». Le chanteur justifie son engagement par le fait que « nous sommes à un moment crucial du chemin qui mène à la du sida, de la tuberculose et du paludisme. Il est donc temps de prendre au sérieux cette lutte car, si certaines personnes pensent que ces maladies ne sont plus d’actualité, le monde ne devrait pas oublier que 7 000 personnes courent toujours le risque d’en mourir ».

Par ailleurs, Bono estime que « le Fonds mondial est le meilleur moyen de nous assurer que le VIH ne soit pas une condamnation à mort ». ONE et Bono s’attendent à une mobilisation tous azimuts lors de la campagne « The ONE Campaign and RED ». Les fonds mobilisés au cours de cette campagne pourraient permettre de sauver de millions de personnes malades. Les deux parties ont tenu à remercier le chef de l’Etat français, Emmanuel Macron, « pour avoir organisé la conférence internationale sur le financement et fait de la santé mondiale l’une de vos priorités pour le G7 en 2019. Nous avons maintenant besoin de donateurs et de dirigeants d’entreprise pour nous montrer leur ambition et faire leur travail ».

Au cours de sa conférence de mobilisation des ressources qui se tiendra à Lyon, en France, en octobre 2019, le Fonds mondial compte aller au-delà des 700 milliards de FCFA escomptés. L’objectif a été annoncé dans le cadre de la proposition d’investissement du Fonds, qui définit le nombre de vies pouvant être sauvées au cours des trois prochaines années, ainsi que le montant des ressources nécessaires à cette fin.

Selon Gayle Smith, PDG et présidente de The ONE Campaign, « aujourd’hui, près d’un millier de jeunes femmes contracteront le VIH. Ni nous, ni les millions de femmes et de filles en danger ne pouvons nous permettre d’être complaisants dans cette lutte contre les maladies destructrices. Des dirigeants du monde entier, de gouvernements et d’opposants, ont uni leurs forces au cours des 15 dernières années pour remporter des victoires dans la lutte contre cette épidémie. Nous savons quoi faire mais nous devons en faire plus et maintenant ».

« En tant que l’une des organisations les plus efficaces dans la lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme, il est essentiel que le Fonds mondial obtienne les fonds nécessaires. C’est une urgence maintenant – si nous n’avançons pas plus vite que ces maladies, elles sont gagnantes. La complaisance aujourd’hui équivaut à la complicité de demain », déclare Gayle Smith.

Comme le Fonds mondial l’indique clairement dans son argumentaire en faveur de l’investissement, même avec un financement complet et des augmentations importantes du financement national, le financement nécessaire pour vaincre le sida, la tuberculose et le paludisme reste insuffisant d’ici 2030. Des investissements supplémentaires sont nécessaires. Surtout qu’« à ce jour, le Fonds mondial a permis de sauver 27 millions de vies dans le monde ». Les responsables de ONE estiment que « le Fonds mondial ne pourra poursuivre ce travail essentiel que s’il est entièrement financé. »

Pour rappel, le Fonds mondial pour la lutte contre le sida, le paludisme et la tuberculose est un organisme de partenariat du 21ème siècle conçu pour accélérer la fin du sida, de la tuberculose et du paludisme en tant qu’épidémies. Fondé en 2002, le Fonds mondial est un partenariat entre les gouvernements, la société civile, le secteur privé et les personnes touchées par les maladies. Il lève et investit près de 4 milliards de dollars par an, soit environ 240 milliards de FCFA, pour soutenir des programmes dirigés par des experts locaux dans les pays et les communautés les plus démunis. Des millions de vies ont déjà été sauvées et des services de prévention, de traitement et de soins ont été fournis à des centaines de millions de personnes, contribuant à revitaliser des communautés entières, à renforcer les systèmes de santé locaux et à améliorer les économies.

Pour ce qui est de ONE, elle est une organisation de campagne et de plaidoyer regroupant plus de 9 millions de personnes dans le monde et prenant des mesures pour mettre fin à l’extrême pauvreté et aux maladies évitables, en particulier en Afrique.

A ONE, l’on pense que « la lutte contre la pauvreté ne concerne pas la charité, mais la justice et l’égalité ».

A travers un plaidoyer et des campagnes à la pointe de la technologie, ONE fait pression sur les gouvernements à faire davantage pour lutter contre le sida et les autres maladies évitables et traitables dans les endroits les plus pauvres de la planète. Cette organisation fait également tout pour donner aux petits exploitants agricoles les moyens d’accéder à l’énergie. ONE aide aussi à lutter contre la corruption afin que les gouvernements soient responsables devant leurs citoyens. Cofondé par Bono et d’autres activistes, ONE est strictement non partisan.

Des équipes de ONE basées à Washington, New York, Londres, Johannesburg, Bruxelles, Berlin, Paris, Ottawa et Abuja sensibilisent et font pression sur les gouvernements pour qu’ils élaborent des solutions politiques permettant de sauver et d’améliorer des millions de vies à travers le monde.

Bernard Bangda / VivAfrik

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here