Kinshasa (RDC) polluée par les emballages plastiques

0

Capitale de la République Démocratique du Congo (RDC), Kinshasa est sous le diktat de la pollution due aux emballages plastiques. Les sachets plastiques, les bouteilles ainsi que tant d’autres objets en plastique ne cessent de se multiplier et de pourrir la ville, alors que cela demeure aujourd’hui une matière interdite à Kinshasa dans le but de l’assainir.

Malheureusement, il est toujours en circulation libre ces déchets en matière plastique qui inondent la mère nature, sans parler des caniveaux et autres cours d’eaux en milieu ruraux.

Selon le Ministère de l’Industrie, le Premier ministre sortant, Bruno Tshibala, avait signé le 30 juin 2018, un moratoire portant interdiction de la production, l’importation, la commercialisation et l’utilisation des sacs, sachets et autres emballages en plastiques. Un décret, en effet, qui devait entrer en vigueur à partir du 1er Juillet 2018, mais ce fût des paroles en l’air.

A ce jour, les usines de fabrication de ces produits tournent comme d’habitudes et les importateurs des bouteilles en plastiques n’arrêtent pas d’exécuter leur business tout en polluant la ville.

Cependant, la population a aussi un grand rôle à jouer dans cette affaire, dans la mesure où ce n’est pas le Gouvernement qui passe son temps à tout jeter n’importe où mais plutôt l’ensemble des kinois. Les congolais, en général, et les Kinois, en particulier, doivent revoir la manière de faire pour mieux préserver notre environnement contre ces matières bio dégradables, précisant que les déchets ont leurs places dans les poubelles.

Le plastique fait plus de 500 ans sans se détruire et représente une source de pollution majeure pour les océans. Entre 8 et 12 millions de tonnes des plastics qui se déversent chaque année dans les océans, équivalent à un camion de poubelle déchargé en mer toutes les minutes.

Actuellement, plus de 150 millions de tonnes des plastiques sont déjà présentes en milieu marin ; en cas de non-action des Etats et des citoyens dans le monde, les océans pourraient contenir une tonne des plastiques pour trois tonnes de poissons d’ici à 2025, et en 2050 le poids du plastic deviendrait plus lourd que le poids des poissons marins. Protégeons donc notre environnement.

Moctar FICOU / VivAfrik

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here