Le PETN constitue une étape et un développement d’énergie éolienne en Afrique, selon Vestas

0

Propos recueillis par Moctar FICOU                

Le directeur général de Vestas, Tanguy Levesque a assisté, lundi 24 février 2020, à la cérémonie officielle d’inauguration de la première centrale éolienne du Sénégal : le Parc éolien de Taïba Ndiaye (PETN) qui constitue un grand pas pour l’accès pour tous à l’électricité. Lors de cet événement de haute portée, M. Levesque qui s’est entretenu avec VivAfrik, a laissé entendre que ce projet constitue une étape et un développement d’énergie éolienne en Afrique.

Que représente, à vos yeux, le projet du Parc éolien de Taïba Ndiaye ?

Pour Vestas, leader mondial de l’éolien, ce projet constitue une étape et un développement d’énergie éolienne en Afrique. A ce jour, Vestas a 1,5 gigawatt de projet installé ou en construction : en Afrique, au Moyen Orien, notamment dans des pays comme le Maroc, le Cap-Vert, le Kenya, l’Afrique du Sud, l’Egypte, la Jordanie, l’Arabie Saoudite et maintenant au Sénégal avec le plus grand projet éolien d’Afrique de l’ouest avec 158,7 Mégawatts (MW) qui apportera 15% du mix énergétique.

Avez-vous senti le soutien des autorités Sénégalaises dans la construction de ce projet ?

Absolument. Je voudrais vraiment profiter de votre micro pour témoigner le leadership, du président du Sénégal, à la tête d’un gouvernement engagé dans le développement durable pour son pays. Il a soutenu, dès le début, ce projet. Sans son engagement, nous ne serions pas ici aujourd’hui. Nous nous rappelons très bien, en décembre 2014, la rencontre avec lui et son ministre des Finances à Madrid où il avait confirmé tout son soutien pour ce projet ambitieux pour le pays qui fait partie intégrante du Plan Sénégal émergeant (PSE). 

Hormis le soutien du président Macky Sall, a-t-elle bénéficiée d’autres accompagnements ?  

L’engagement des communautés locales est très important pour Vestas. Le département Responsabilité sociétale de l’entreprise (RSE) a collaboré dès le début du projet avec les responsables de RSE de Lekela et ceux de Vestas. Notre société s’engage dans de nombreux projets notamment l’emploi local, le développement des infrastructures, de la formation et de l’éducation. Vestas a procédé à cet effet, à la distribution de 500 cuisinières afin de sensibiliser à la réduction de l’utilisation du charbon et du bois entre autres services rendus.

Nous assistons de plus en plus à l’expansion des énergies renouvelables. Quels sont vos objectifs dans ce domaine ?  

Notre vision est de voir un monde entièrement alimenté par les énergies renouvelables, si possible, et nous pouvons le faire grâce à une ovation commune et à notre collaboration avec des partenaires engagés. Nous voyons plusieurs tendances positives pour l’accroissement de la demande des énergies renouvelables. Une réduction significative des coûts d’énergies renouvelables en particulier des énergies éoliennes.

Etes-vous optimiste quant à l’abandon du charbon ?

Plus de 30 pays dont certaines grandes puissances économiques se sont engagés à éliminer le charbon. En outre, plus de 100 grandes entreprises sont déterminés à alimenter leurs opérations uniquement avec de l’électricité renouvelable. Les fonds de pensions des banquiers investissent aujourd’hui massivement dans des projets d’énergies renouvelables. Des universités et centres de recherche imaginent un avenir des énergies propres, indépendantes, fiables et sans aucune émission de CO2. Et tandis que les coûts continuent de baisser, l’efficacité énergétique s’améliore : les turbines deviennent plus grandes, plus hautes, plus efficaces et plus fiables. Tous ces signaux nous permettent de garder espoir.

Le Parc éolien de Taïba Ndiaye est-il profitable aux populations locales ?

Le projet a offert des opportunités d’emplois, localement, il augmentera l’activité socio-économique de la commune de Taïba tout en aidant à résoudre les défis énergétiques du pays. Pendant l’étape de la construction, plus de 800 emplois ont été créé au profit de la communauté locale à la fois financièrement et en terme de compétences, de connaissances permettant des perspectives d’emplois futurs.

Vestas intervient-elle dans d’autres domaines ?

Bien que l’éolien continue d’être au cœur des offres de Vestas, nous continuerons notre technologie. Un exemple, des solutions hybrides qui permettent déjà de générer des services additionnels et d’ajouter de la stabilité au réseau. Vestas construit en ce moment au Australie, le projet Kennedy de 60 MW. C’est le premier projet hybride au monde à échelle industrielle qui combine : éolien, solaire et batterie stockage. Nous sommes éventuellement, en mesure de s’adonner au Sénégal.

Pour combien de temps Vestas va continuer à régner sur le sol sénégalais ?  

Nous sommes présents au Sénégal pour le long terme. Il est donc naturel pour nous de poursuivre notre soutien aux communautés maintenant que nous entrons dans les phases d’opération. Nous sommes impatients de continuer à travailler avec vous (Ndlr : les Sénégalais) pour enfin que la révolution énergétique se fera ensemble.  

Beaucoup d’acteurs vous ont accompagné durant tout le processus de construction de cette centrale. Envers qui souhaitez-vous vraiment adresser vos vifs remerciements ?

J’aimerai tout d’abord remercier ceux qui ont fait que ce rêve de Parc éolien de Taïba Ndiaye devienne une réalité : le maître d’ouvrage, Lekela, le développeur historique, SARIOL, le gestionnaire de réseau, la Société d’électricité du Sénégal (SENELEC) avec qui, nous travaillons depuis plus des 10 ans, le fournisseur notamment Eiffage, les préteurs, le gouvernement sénégalais, la municipalité locale de Taïba Ndiaye, les ambassadeurs du Royaume-Uni, des Etats uns, de l’Espagne, de Belgique, du Danemark et enfin tous les collègues de Vestas qui œuvrent autour de ce projet depuis de nombreux années.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here