Madagascar pourrait être le premier pays victime de la famine liée au changement climatique

0

Les Nations unies estiment que Madagascar pourrait être le premier pays à plonger au bord de la famine induite par le changement climatique et est sur le point d’inscrire un triste précédent : devenir le premier à souffrir de famines liées au changement climatique.

Signalons que le Sud de la Grande île est touché par la pire sécheresse depuis 40 ans, avec quatre ans sans pluie. Cette situation a induit au moins 30 000 personnes sont touchées par le niveau le plus élevé d’insécurité alimentaire.

La sécheresse, la pire depuis quatre décennies, a dévasté des communautés agricoles isolées dans le sud du pays, laissant les familles chercher des insectes ou des plants de cactus pour survivre. Ce sont des conditions proches de la famine et elles sont dues au climat et non aux conflits. L’Organisation des Nations unies (ONU) a souligné que 30 000 personnes connaissent actuellement le niveau d’insécurité alimentaire le plus élevé internationalement reconnu, le niveau cinq, et il est à craindre que le nombre de personnes affectées puisse augmenter fortement alors que Madagascar entre dans la traditionnelle « saison de soudure » avant la récolte. Dans le même temps, au moins 500 000 enfants sont en danger de malnutrition aiguë.

Bien que Madagascar connaisse de fréquentes sécheresses et soit souvent affectée par le changement des conditions météorologiques causé par le phénomène El Niño, les experts pensent que le changement climatique peut être directement lié à la crise actuelle.

Mais El Niño est affecté par le changement climatique, selon plusieurs chercheurs pour qui la sécheresse agricole sur l’île est cohérente avec le dernier rapport du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC).  

De son côté, le Dr Rondro Barimalala, un scientifique malgache travaillant à l’Université du Cap en Afrique du Sud a indiqué qu’à bien des égards, cela peut être considéré comme un argument très puissant pour que les gens changent leurs habitudes.

L’impact de la sécheresse actuelle se fait également sentir dans les grandes villes du sud de Madagascar, de nombreux enfants étant contraints de mendier dans les rues pour obtenir de la nourriture.

Les prix sur le marché augmentent, trois ou quatre fois. Les gens vendent leurs terres pour avoir de l’argent pour acheter de la nourriture. Beaucoup de gens avaient pris l’habitude de dormir dans leurs champs de manioc pour essayer de protéger leurs récoltes des personnes désespérées à la recherche de nourriture, mais cela était devenu trop dangereux.

Il existerait pourtant des solutions à court terme, comme l’amélioration des prévisions météo pour faciliter le travail des agriculteurs.

Moctar FICOU / VivAfrik

Laisser un commentaire