La FAO note une hausse de 28 % des prix alimentaires mondiaux en 2021

0

Les prix mondiaux des produits alimentaires ont légèrement reculé en en 2021, car les prix internationaux des huiles végétales et du sucre ont cédé beaucoup de terrain par rapport à leurs niveaux auparavant élevés, a indiqué l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO).

Cette hausse des cours des produits alimentaires de base est une préoccupation majeure pour les pays en développement. Si une flambée a déjà été constatée en 2020 par rapport à 2019, la situation s’est aggravée durant l’année écoulée. En d’autres termes, la moyenne de l’indice de référence de la FAO sur les prix mondiaux des produits alimentaires est nettement plus élevée en 2021 qu’en 2020. L’année 2021 a connu alors une augmentation record des prix alimentaires mondiaux.

L’indice FAO qui suit l’évolution des cours des 5 denrées les plus échangées sur le marché international (céréales, huiles, viande, sucre et produits laitiers) s’est en effet établi à 125,7 points, soit une hausse de 28 % par rapport à 2020 et le niveau le plus élevé depuis 2011. 

« Normalement, des prix élevés devraient entraîner une hausse de la production, mais le coût des intrants, la pandémie mondiale actuelle et des conditions climatiques toujours plus incertaines ne laissent que peu de place à l’optimisme quant à un retour à des conditions de marché plus stables, y compris en 2022 », a déclaré M. Abdolreza Abbassian, Économiste principal à la FAO dans un communiqué transmis à la presse.

Le document ajoute que l’Indice FAO des prix des céréales a baissé de 0,6% par rapport à novembre, car la chute des cours du blé à l’exportation, dans un contexte d’accroissement des disponibilités après les récoltes effectuées dans l’hémisphère Sud, a plus que compensé le raffermissement des prix du maïs, lequel s’explique par une forte demande et des craintes quant au temps sec qui persiste au Brésil. Toutefois, sur l’année entière, l’Indice FAO des prix des céréales a atteint son plus haut niveau annuel depuis 2012 et progresse de 27,2 pour cent par rapport à 2020: le maïs enregistre une hausse de 44,1% et le blé de 31,3%, mais le riz cède 4,0%.

Quand à l’Indice FAO des prix des huiles végétales a reculé de 3,3% en décembre 2021. En effet, les cours de l’huile de palme et de l’huile de tournesol se sont affaissés, car la demande mondiale à l’importation a été faible, ce qui est peut-être lié au fait que l’on se soit inquiété des conséquences de la hausse du nombre de cas de covid-19. Sur l’ensemble de l’année 2021, l’Indice FAO des prix des huiles végétales a atteint son plus haut niveau jamais enregistré et a augmenté de 65,8% par rapport à 2020.

S’agissant de l’Indice FAO des prix du sucre, le communiqué de la FAO renseigne qu’il a perdu 3,1% depuis novembre et tombe ainsi à son niveau le plus bas depuis cinq mois, en raison des craintes quant aux éventuelles répercussions du variant Omicron sur la demande mondiale, de l’affaiblissement du real brésilien et de la baisse des prix de l’éthanol. Sur l’ensemble de l’année 2021, l’Indice FAO des prix du sucre a grimpé de 29,8% par rapport à l’année précédente et a atteint son plus haut niveau depuis 2016.

L’Indice FAO des prix de la viande, poursuit le texte de l’institution onusienne, est resté globalement stable en décembre, mais sur l’ensemble de l’année 2021, il a progressé de 12,7% par rapport à 2020.

Enfin, relève document, l’Indice FAO des prix des produits laitiers est le seul sous-indice à avoir progressé en décembre : il gagne 1,8% par rapport au mois précédent, car les cours internationaux du beurre et du lait en poudre ont augmenté à la suite de la baisse de la production laitière dans l’Europe de l’Ouest et en Océanie. Les prix du fromage ont légèrement reculé, ce qui indique que les producteurs laitiers d’Europe de l’Ouest ont privilégié ce produit. En 2021, la valeur moyenne de l’Indice FAO des prix des produits laitiers a augmenté de 16,9% par rapport à 2020.

Moctar FICOU / VivAfrik