« La RDC a perdu 490 000 hectares de forêt tropicale primaire en 2020 », dénonce Martin Fayulu Madidi

0

Le XVème Congrès forestier mondial organisé par la Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) se déroule du lundi 2 au vendredi 6 mai 2022 à Séoul, la capitale de la Corée du Sud. La tenue de cet événement de haute portée est une occasion pour les nations de débattre sur l’actualité visant à définir comment les forêts peuvent aider à répondre et à s’adapter aux changements climatiques, à lutter contre la désertification, à protéger la biodiversité, et à résoudre d’autres questions environnementales mondiales. Ce grand rendez-vous forestier s’articule autour du thème : « Construire un avenir vert, sain et résilient avec les forêts ».

Cet événement mondiale ne pouvait passer inaperçu en République démocratique du Congo (RDC), deuxième poumons de l’humanité avec sa forêt équatoriale. Au nom de son pays, l’opposant Martin Fayulu a dénoncé le fait que « la RDC a perdu 490 000 hectares de forêt tropicale primaire en 2020 ». Il l’a fait savoir via son compte Twitter. Le président de L’Engagement pour la citoyenneté et le développement (ECIDé) préconise la mise en place d’un cadre juridique contraignant afin de régler cette affaire.    

« Alors que le Congrès forestier mondial se réunit aujourd’hui, (2 mai 2022) j’attire l’attention sur le fait que selon Global Forest Watch, la RDC a perdu 490 000 hectares de forêt tropicale primaire en 2020. Au-delà de la bonne volonté, seul un cadre juridique contraignant peut y mettre fin », a-t-il dit dans le réseau social.

Signalons que le Congrès forestier mondial est la conférence la plus influente du secteur forestier, elle sert de plateforme mondiale dans laquelle les membres de la communauté internationale peuvent se rassembler et formuler des recommandations et des déclarations sur les principales questions forestières.

Il sied, selon Gaël Hombo dans les colonnes d’acturdc.com qui cite les chercheurs, de noter que le rapport de Global Forestier Watch indique que de vastes étendues de forêts tropicales ont été brûlées ou coupées en 2021, remplacées par des cultures ou de l’élevage, en particulier au Brésil alors que le changement climatique complique la préservation du couvert forestier.

Environ 11,1 millions d’hectares de forêts ont été perdus dans les régions tropicales l’an dernier, dont 3,75 millions dans des forêts primaires, selon l’étude annuelle du Global Forest Watch (GFW), du World resources institute (WRI) et de l’université du Maryland.

« C’est 10 terrains de football par minute. Et ça dure depuis un an », s’est alarmé Rod Taylor, qui dirige le programme forêts du WRI, en parlant des forêts primaires.

La destruction de ces forêts intactes a relâché 2,5 gigatonnes de CO2 dans l’atmosphère en 2021, l’équivalent des émissions annuelles de l’Inde, selon les calculs des chercheurs.

Gaël Hombo relève que plus de 40% de la forêt primaire perdue en 2021 l’a été au Brésil, avec environ 1,5 million d’hectares coupés ou partis en fumée, suivi par la République démocratique du Congo avec près de 500.000 hectares détruits. La Bolivie a connu son plus haut niveau de destruction de sa forêt depuis le début des mesures en 2001, avec près de 300.000 hectares.

Au-delà des tropiques, le rapport montre que les forêts boréales de l’hémisphère nord ont subi la plus grande perte de couvert forestier en deux décennies, lit-on à acturdc.com. Effet boule de neige – Rien qu’en Russie, une saison d’incendies exceptionnelle a entraîné la perte de 6,5 millions d’hectares de forêts, un record.

Les chercheurs mettent en garde contre un potentiel « effet boule de neige », où des incendies plus fréquents conduisent à plus de CO2 dans l’atmosphère, alimentant le réchauffement climatique qui augmente les risques de feux de forêt.

Ces données sont publiées alors que 141 dirigeants mondiaux se sont engagés lors de la COP26 à Glasgow fin 2021 à « stopper et inverser la perte de forêt d’ici 2030 ».

Il faudra réduire fortement la destruction de la forêt primaire chaque année jusqu’à la fin de la décennie pour atteindre ce but, préviennent les chercheurs.

« Le changement climatique lui-même rend plus difficile le maintien de la forêt que nous avons encore », souligne Frances Seymour du WRI, ajoutant que cela montre l’obligation de réduire les émissions de gaz à effet de serre. Une étude récente suggère que la forêt amazonienne pourrait être plus proche d’un « point de bascule » que ce qui était estimé jusqu’alors. Elle pourrait se transformer en savane et libérer de vastes quantités de CO2 dans l’atmosphère.

« Désastre » – Le Brésil, qui abrite environ un tiers de la forêt tropicale primaire restante dans le monde, a vu le rythme de destruction de ses forêts s’accélérer ces dernières années.

Les destructions qui ne sont pas causées par le feu, souvent liées à la création de zones agricoles selon WRI, ont progressé de 9% comparé à 2020.

Ce pourcentage dépasse les 25% dans certains Etats de l’ouest de l’Amazonie brésilienne.

« Nous savions déjà que ces pertes sont un désastre pour le climat. Elles sont un désastre pour la biodiversité. Elles sont un désastre pour les peuples indigènes et les communautés locales », insiste Frances Seymour dans des propos relayés par Gaël Hombo, soulignant que des études récentes montrent que les forêts permettent aussi de rafraichir l’atmosphère.

En Indonésie en revanche, des actions menées par le gouvernement et le secteur privé ont permis de ralentir la perte de forêt primaire de 25% comparé à 2020, pour la cinquième année consécutive, après des niveaux très élevés.

La fin d’un gel temporaire sur les nouvelles exploitations d’huile de palme, ainsi que des prix pour l’huile de palme au plus haut depuis 40 ans, pourraient toutefois mettre à mal ces efforts, selon WRI.

« Il est clair que nous ne faisons pas assez pour fournir des mesures incitatives à ceux qui sont en position de stopper la perte de la forêt, de protéger les étendues de forêts primaires restantes », constate Frances Seymour.

Moctar FICOU / VivAfrik