Nestlé veut stimuler les gestes écocitoyens chez les élèves en Côte d’Ivoire

0

 La multinationale suisse Nestlé, un des plus importants acteurs de l’industrie agroalimentaire a fait du développement durable, un de ses grands engagements. Déterminée à contribuer au bien-être des populations à travers les valeurs de ses marques, l’entreprise se distingue par son mode de production responsable et ses initiatives liées à la gestion des déchets au sein des communautés.

Suffisant pour la filiale ivoirienne du géant agroalimentaire suisse d’organiser, vendredi 8 décembre 2023, à la Zone industrielle de Yopougon, dans l’Ouest d’Abidjan, une Journée de nettoyage et de sensibilisation des populations sur les gestes écocitoyens.

Le directeur de la fabrique de Yopougon, Katia Touré, a fait observer l’impact de la pollution sur l’environnement, rappelant que « nous devons léguer un patrimoine plus sain à nos enfants » et aux futures générations.

Il y a quelques décennies, à Abidjan, l’on avait beaucoup d’arbres, mais aujourd’hui des bâtiments en béton ont été érigés. Pour lui, « on doit s’assurer qu’on ait un impact moindre possible sur cet environnement ».

Situant l’événement, Mame Pane Sakho, la directrice de la communication institutionnelle et des affaires publiques, représentant le directeur général de Nestlé Côte d’Ivoire, a indiqué que c’est une journée, habituellement organisée pour sensibiliser sur la protection de l’environnement.

Si l’on se fie à Mme Sakho, l’exercice consiste à collecter les déchets plastiques « avec nos partenaires et des entreprises voisines, invitées à y prendre part pour véritablement, ensemble, nous sensibiliser (en interne) ainsi que les communautés environnantes afin de rendre notre cadre de vie propre ».

Des équipes constituées ont sillonné quelques artères de la zone industrielle, afin de ramasser les déchets plastiques et chemin faisant, sensibiliser les passants sur l’importance de préserver l’environnement et d’avoir un bon cadre de vie.

A cette occasion, les employés ont expliqué l’impact des déchets plastiques sur l’environnement afin de « conscientiser les gens », véritablement, sur l’importance de faire des tris des matières et objets rejetés pour pouvoir recycler les déchets plastiques, en leur donnant une seconde vie.

Mame Sakho a confié, peu avant le top départ pour le nettoyage que « l’année prochaine, on va démarrer une sensibilisation au niveau des écoles, parce qu’il est important aussi que les enfants, dès le bas âge, comprennent l’importance de la gestion des déchets plastiques et aient des gestes écocitoyens ».

Poursuivant son speech, elle a laissé entendre : « on mettra à leur disposition des poubelles pour faire le tri, afin que les élèves intègrent cela ; et une fois qu’ils retournent dans leurs familles, ils partagent ces eco-gestes (…). Ainsi, d’année en année, on va arriver à un changement de comportement ».

La pollution plastique est un des grands défis environnementaux auquel le monde entier est confronté. Elle dégrade non seulement l’environnement, mais menace également la santé publique et l’économie des pays.

Plus de 280 tonnes de déchets plastiques sont produits chaque jour à Abidjan et seulement 5% de ces déchets sont recyclés. En tant qu’entreprise écocitoyenne, le groupe agro-alimentaire a initié en interne le concept zéro déchet, a fait valoir le Fonds des Nations unies pour l’enfance (UNICEF).

L’objectif de ce projet est d’adopter un mode de production responsable dans les usines afin que les produits, en plus de contribuer au bien-être des consommateurs, soient confectionnés et utilisés en prenant en compte les questions environnementales.

L’ambition du groupe agro-alimentaire suisse est que 95% de ses emballages soient conçus pour être recyclables à l’horizon 2025. La firme reste d’ailleurs déterminée à atteindre un taux de 100% avec les nouvelles technologies et la recherche.

Au sein des usines, à Abidjan, la filiale dispose d’un système permettant la collecte des déchets générés (emballages, papiers, déchets organiques) en vue de leur recyclage. Elle travaille notamment avec des prestataires qui récupèrent les différentes catégories de déchets pour pouvoir les recycler.

Les déchets organiques, eux, sont utilisés comme composts organiques (engrais organiques). La filiale ivoirienne a glané, en 2022, le Prix national de l’entreprise écocitoyenne à travers sa fabrique de Marcory, située dans le Sud d’Abidjan.

Moctar FICOU / VivAfrik

Laisser un commentaire