COP 21: Quelques clés pour comprendre les enjeux

0

À un peu plus d’un mois de la conférence mondiale de Paris sur le climat (Cop21), voici ce qu’il faut savoir sur ce sommet international que nos confrères d’Ouest-france explique

Cop21 : Ce sigle désigne la 21e conférence des parties. Du 30 novembre au 11 décembre, 195 pays vont se réunir au Bourget, près de Paris, dans un site spécialement aménagé pour l’occasion. La France est le pays hôte, mais cette grande réunion diplomatique sur le climat se tiendra sous l’égide de l’Onu.

Négocier quoi ? L’avenir de la planète… Selon le Groupe intergouvernemental d’experts sur le climat, le Giec, la Terre se réchauffe du fait de l’activité humaine. Émissions de gaz à effet de serre (GES), fonte des glaces, acidification et montée des océans… les effets sont déjà visibles. Pour tenter de les limiter, le Giec suggère de limiter le réchauffement en dessous des 2 degrés d’ici à la fin du siècle, prédisant des conséquences dramatiques si rien n’est fait.

Trouver un accord. Voilà tout l’enjeu de cette conférence : mettre d’accord 195 pays aux visions et aux enjeux économiques divergents. Tous doivent s’engager à limiter leurs émissions de gaz à effet de serre. L’addition de toutes leurs contributions permettra de savoir si l’objectif des 2 degrés est atteignable. Pour l’instant, le compte n’est pas bon. À Paris, les négociateurs doivent donc mettre en place un système de contrôle et de révision régulière des contributions…

Et de l’argent. Tous les pays ont-ils la même responsabilité historique face au réchauffement ? Non répondent clairement ceux du Sud. Déjà touchés par des phénomènes climatiques meurtriers, ils réclament une aide immédiate pour s’adapter aux conséquences déjà visibles. Ils souhaitent également que les pays riches, qui leur demandent de se détourner des énergies fossiles pour se développer, les aident à acquérir les technologies de remplacement. Pour y parvenir, un fonds vert doit être alimenté à hauteur de 100 milliards de dollars par d’ici 2020. Il peine à se remplir…

Réalisable ? Pour réussir le défi climatique, les économies mondiales doivent se détourner progressivement des énergies fossiles (pétrole, charbon…) fortement émettrices de GES. Un véritable choc culturel et financier qui va demander sacrifices et adaptations. Rien n’est donc fait… Mais pour la première fois, les gouvernants ont compris les conséquences de l’inaction passée. Pollutions, coût des catastrophes climatiques, destruction des écosystèmes, assèchement des matières premières, crise des migrations poussent à avancer vers plus de clairvoyance et de solidarité.